Accueil Dernières minutes L'International Israël demande aux États-Unis de mettre fin « immédiatement » aux négociations avec l’Iran...

Israël demande aux États-Unis de mettre fin « immédiatement » aux négociations avec l’Iran en raison du « chantage » nucléaire.

0

Téhéran soumet deux projets d’accord pour l’allègement des sanctions

Paris, 2 déc. (Cinktank.com) –

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a appelé jeudi le secrétaire d’État américain Antony Blinken à suspendre « immédiatement » les discussions avec l’Iran sur l’accord nucléaire, qui se déroulent à Vienne, en raison du « chantage » de Téhéran.

Pour Bennett, la tactique de l’Iran est purement du « chantage », auquel il demande de « ne pas céder ». Pour cette raison, a-t-il ajouté, les Etats-Unis doivent initier « la cessation immédiate des négociations », a-t-il déclaré lors d’une conversation avec Blinken.

Selon une déclaration du bureau du Premier ministre, les remarques de Bennett sont intervenues après que M. Blinken ait fait état de progrès dans les pourparlers, qui ont repris cette semaine à Vienne après des mois de gel.

Le dirigeant israélien a rappelé que, selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’Iran a récemment commencé à enrichir de l’uranium à 20 % dans des centrifugeuses situées dans l’installation de Fordo, dans la province de Qom.

Bennett a ainsi indiqué que, plutôt que de revenir sur l’accord nucléaire de 2015 – dont les États-Unis se sont retirés en 2018 – des « actions concrètes » doivent être prises contre l’Iran « par les grandes puissances ».

Lire aussi:   Le prince Andrew conteste son accusation d'abus sexuel en invoquant l'absence de juridiction américaine.

Les États-Unis participent indirectement aux pourparlers de Vienne, qui ont débuté lundi. L’administration du président Joe Biden a réitéré son souhait de revenir à l’accord de 2015.

Plus tôt dans la journée de jeudi, le vice-ministre iranien des affaires étrangères et président de la délégation à Vienne, Ali Bagheri, a présenté deux projets d’accord visant à lever les sanctions contre Téhéran et à résoudre les questions nucléaires.

À cet égard, il a précisé que l’un des textes comprend le point de vue de l’Iran sur les sanctions et l’autre sur les actions nucléaires, selon les informations de l’agence de presse IRNA.

Depuis avril dernier, Vienne accueille les réunions de la Commission mixte du Plan d’action global conjoint (JCPOA) sur le programme nucléaire iranien, qui visent à restaurer le pacte et à lever les sanctions américaines contre l’Iran.

Le sixième cycle de négociations s’est achevé le 20 juin. Il a débouché sur la création de trois groupes de travail chargés d’élaborer des mesures concrètes à mettre en œuvre par Washington et Téhéran pour parvenir au respect de l’accord.

Lire aussi:   L'OSCE exhorte les autorités du Kazakhstan à garantir la liberté de la presse malgré les protestations

De son côté, le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a démenti les informations publiées par le portail d’information américain Axios, qui accusait l’Iran d’enrichir de l’uranium à 90 %.

Le fonctionnaire de l’AIEA, qui s’est rendu en Iran les 22 et 23 novembre, a insisté sur le fait que l’enrichissement de l’uranium se fait à 5, 20 et 60 %, mais « rien n’indique qu’il se fait à 90 % ».

Article précédentLa Russie évacue 200 personnes supplémentaires d’Afghanistan
Article suivantL’Otan assure qu’elle fera « tout son possible » pour protéger l’unité de l’armée bosniaque