Accueil Dernières minutes Irène Lopez, championne du monde 2018 des moins de 17 ans, quitte...

Irène Lopez, championne du monde 2018 des moins de 17 ans, quitte le football « en raison de problèmes de santé mentale ».

0

MADRID, 1er fév. (Cinktank.com) –

La jeune milieu de terrain espagnole Irene Lopez, joueuse du Madrid CFF en Primera Iberdrola et membre de l’équipe nationale qui a marqué l’histoire en 2018 en remportant la Coupe du monde U-17, a annoncé mardi sa retraite sportive « en raison de problèmes de santé mentale ».

« Aujourd’hui, je dis au revoir au sport qui m’a accompagné toute ma vie, aussi loin que je me souvienne. Je pourrais « déguiser » les raisons pour lesquelles je quitte le football, mais je ne le ferai pas, je pars pour des raisons de santé mentale, et je le partage pour ceux qui me lisent et se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls, que dans cette vie, il faut se donner la priorité avant tout, que du moment où nous naissons jusqu’à notre mort, il n’y a que vous qui serez avec vous, et que vous devez prendre soin de vous », a écrit López sur ses réseaux sociaux.

Lire aussi:   DGCA : 9 pilotes et 32 membres du personnel de cabine ont échoué aux tests d'alcoolémie avant le vol entre janvier et avril

La milieu de terrain de 20 ans a tenu à remercier « chacune des personnes » qui ont « croisé » son chemin. « J’ai appris de chacun d’entre eux, même si c’est peu, mais je me sens surtout reconnaissante d’avoir appartenu à cette famille, ma famille, les CFF de Madrid, qui m’ont vue grandir et qui ont pris soin de moi aussi longtemps que je me souvienne », a-t-elle avoué.

La joueuse madrilène a été un élément clé de l’équipe nationale qui a remporté le titre continental 2018 et la Coupe du monde en Uruguay, un événement où elle a également remporté le Soulier de bronze avec ses trois buts. Cette saison, elle n’avait joué que 33 minutes dans la Primera Iberdrola.

Article précédentAntónio Costa annonce qu’il a été testé positif au coronavirus
Article suivantL’Italie infligera une amende aux plus de 50 ans qui ne sont pas vaccinés contre le coronavirus