Accueil Dernières minutes Sport Iga Swiatek après son succès à Roland Garros : « J’ai fait quelque...

Iga Swiatek après son succès à Roland Garros : « J’ai fait quelque chose de grand ».

0

Après un début de saison étonnant, au cours duquel elle a annihilé toutes les adversaires qui se sont présentées à elle, Iga Swiatek a couronné le tout en remportant Roland Garros 2022 lors d’une finale dominante contre Coco Gauff, qui s’est terminée par 6-1, 6-3.

Pour la joueuse polonaise, il s’agit du premier chelem remporté ces deux dernières années, le deuxième de sa carrière après avoir gagné Roland Garros en 2020. La meilleure de la planète a commenté son succès lors d’une conférence de presse, exprimant sa joie devant cet exploit.

Mots de la conférence de presse d’Iga Swiatek.

La joueuse de tennis polonaise a comparé son succès à celui de 2020. « C’est incroyable. C’est très différent de ce que j’ai gagné en 2020. Maintenant je me sens prêt pour ce qui va arriver.

Maintenant, je me sens encore plus prêt à faire la fête. En 2020, je n’ai ressenti que de la confusion. Je n’ai jamais cru à 100 % que je pouvais gagner un Grand Chelem. Cette fois-ci, il s’agissait de travail et d’efforts. Je suis également plus conscient de ce que signifie gagner un Grand Chelem et de ce qu’il faut faire, chaque aspect du jeu doit fonctionner », a déclaré Swiatek.

Pour la numéro un mondiale, la chose la plus spéciale a été de battre le record de victoires consécutives de Serena Williams. « Le point culminant a été d’obtenir la 35e victoire et de battre le record de Serena.

Lire aussi:   Jon Rahm : "Tiger Woods m'a aidé d'une certaine manière...

J’ai toujours voulu en avoir un et, dans le tennis, c’était très difficile à faire à cause de la carrière de Serena. J’ai l’impression d’avoir fait quelque chose que personne d’autre n’a fait. Il est évident qu’il faut aussi gagner un Grand Chelem », a déclaré Swiatek. Sur la gestion de la pression.

« C’est la partie la plus difficile du travail. Dans les Grands Chelems, il y a beaucoup de surprises. Il n’est pas facile de gérer un environnement de pression aussi différent, tout le monde se prépare à gagner. Dans mon cas, j’ai senti le poids.

Le plus difficile est de ne pas se laisser aller à trop y penser et à trop analyser. Ne pas penser aux chiffres et aux possibilités. Ces deux semaines ici ont été plus difficiles. Cela fait partie du travail et je m’y prends de mieux en mieux.

C’est quelque chose dont je suis fière » À la fin du match, la jeune Polonaise a eu la surprise de voir Robert Lewandowski, son compatriote du Bayern, qui était venu assister à la finale. « Je ne savais pas qu’il était là et je suis content qu’il le soit, ça m’aurait beaucoup stressé.

Ça me rend heureux qu’il ait été là. Il a été un grand athlète dans notre pays pendant longtemps et le fait qu’il soit venu me voir signifie beaucoup pour moi. J’espère qu’il a apprécié et qu’il reviendra », a déclaré M. Swiatek.

Lire aussi:   Sensationnel : un non retentissant à la campagne pro-LGBTQ+ néerlandaise

La championne de Roland Garros a enfin parlé de sa préparation pour Wimbledon. « Je vais probablement rester à la maison pendant une semaine. Je n’en ai pas encore discuté avec mon entraîneur, qui prend généralement les décisions, mais je veux rester à Varsovie pendant quelques jours.

Je suis sur le circuit depuis la Fed Cup », conclut Swiatek. L’autre finaliste, l’Américaine Cori Gauff, a expliqué la raison de ses larmes à la fin du match et a reconnu la supériorité de son adversaire.

« Je ne savais pas comment gérer mes émotions à ce moment-là, j’ai fondu en larmes. J’essaie de ne pas pleurer sur le terrain, que je gagne ou que je perde. La journée d’aujourd’hui a été étrange car je me suis sentie heureuse et triste en même temps, je ne savais pas comment gérer cela.

J’ai commencé à pleurer et, juste à ce moment-là, ils m’ont dit que je devais passer un test de dépistage de drogues. Je ne savais pas si je devais rire ou pleurer », a déclaré Gauff, qui a dit de Swiatek : « Il n’y a probablement aucun autre joueur de ce niveau, ou du moins que j’ai affronté.

Iga et Ash, même si je ne joue plus, étaient les deux joueurs dont on savait dès le début qu’ils seraient les plus difficiles à battre. »

Article précédentJimmy Arias pense que Novak Djokovic commence à décliner
Article suivantL’entourage de Donald Trump a demandé l’envoi de contractants armés pour inspecter les machines à voter.