Accueil Dernières minutes L'International HRW met en garde contre un « usage excessif de la force » par...

HRW met en garde contre un « usage excessif de la force » par les forces de sécurité du Kazakhstan.

0

Paris :, 26 janvier (Cinktank.com) –

Human Rights Watch (HRW) a averti mardi que les forces de sécurité kazakhes ont fait usage d’une « force excessive » et ont ouvert le feu « sans justification apparente » lors des émeutes de janvier qui ont éclaté en raison de la hausse des prix du gaz liquéfié.

« De nombreux éléments montrent que les forces de sécurité ont ouvert le feu sans justification apparente et ont tué au moins 10 personnes », a déclaré Jonathan Pedneault, chercheur sur les conflits et les crises à HRW, qui a souligné que le bilan de la répression violente « est bien plus élevé ».

L’organisation, après avoir analysé plus de 80 vidéos vérifiées enregistrées entre le 4 et le 6 janvier 2022 à Almaty, a précisé que quatre incidents distincts ont entraîné la mort d’au moins 10 personnes et que 19 autres ont été blessées.

« Les récits des témoins correspondent aux images de six vidéos enregistrées par des personnes fuyant ou se cachant de la fusillade, bien qu’aucune d’entre elles n’ait filmé les soldats ouvrant le feu. Dans l’un d’eux, on peut entendre plus de 100 coups de feu », a ajouté HRW dans un communiqué.

M. Pedneault a souligné qu' »il existe de nombreuses preuves » montrant que les forces de sécurité ont ouvert le feu « sans justification apparente », tuant les dix personnes. Selon lui, « il est probable que le nombre de victimes de la répression violente soit beaucoup plus élevé », ce qui « exige une enquête rapide et efficace ».

Lire aussi:   M. Biden réaffirme à Abdullah II son soutien à la Jordanie en tant que garant des lieux saints de Jérusalem.

Plus précisément, l’organisation précise que dans le premier incident, filmé par 17 vidéos, plusieurs groupes de manifestants pacifiques sont rassemblés sur la place d’Almaty, tandis que d’autres groupes semblent piller des magasins en se rendant sur les lieux.

Peu après, les forces de sécurité les ont dispersés par la force à l’aide de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de balles en caoutchouc. La foule a ensuite commencé à attaquer les forces de police et à mettre le feu à des véhicules.

HRW décrit que lors du second incident, analysé à partir de 23 enregistrements vidéo, les forces de sécurité ont tiré sur plusieurs centaines de personnes avec des fusils d’assaut aux portes de la résidence du président kazakh Kasim Khomart Tokayev. L’organisation explique que c’est à la suite de cet incident que 10 personnes ont été tuées et 19 blessées, la plupart apparemment par balles.

Dans les deux derniers incidents, on voit plusieurs manifestants protester « pacifiquement » alors que les forces de sécurité tirent à balles réelles avant de tirer en l’air pour disperser la foule. Des témoins, selon HRW, ont vu un autre homme blessé.

Lire aussi:   Un tribunal fédéral américain limite la capacité de l'administration Biden à renvoyer des migrants pour des raisons de santé.

« Des dizaines de familles endeuillées au Kazakhstan attendent des réponses de leur gouvernement », a déclaré M. Pedneault, qui a conclu qu' »il devrait être prioritaire pour le pays de rétablir un certain degré de confiance dans l’État de droit et de veiller à ce que tous les responsables de cette perte tragique de vies humaines soient tenus responsables. »

Article précédentL’Italie enregistre 468 décès dus au coronavirus, son chiffre quotidien le plus élevé de la quatrième vague
Article suivant5 livres à lire pour naviguer dans un monde post-pandémique