Accueil Dernières minutes L'International HRW exhorte l’ONU à ne pas rester silencieuse face aux violations « flagrantes »...

HRW exhorte l’ONU à ne pas rester silencieuse face aux violations « flagrantes » des droits de l’homme commises par les EAU.

0

Paris :, 7 janv. (Cinktank.com) –

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a exhorté le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à ne pas rester silencieux face aux violations « flagrantes » des droits fondamentaux par les Émirats arabes unis.

« Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies ne doit pas rester silencieux alors que son membre, les Émirats arabes unis, viole de manière flagrante les normes relatives aux droits de l’homme et bloque l’accès de l’ONU et d’autres observateurs internationaux et indépendants à ses prisons », a déclaré Michael Page, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient.

Dans une déclaration publiée par l’organisation, M. Page a déclaré que les alliés émiratis « contribuent à promouvoir le récit » selon lequel l’État du Golfe est « tolérant et culturellement ouvert » alors que, pour lui, la réalité est qu’ils « ignorent » les « abus endémiques » commis.

Le représentant de HRW dans la région s’est saisi du cas du « mauvais traitement épouvantable » de l’un des citoyens « les plus respectés » des EAU, le défenseur des droits humains Ahmed Mansur, qui a récemment été déplacé dans une cellule plus petite et isolée et s’est vu refuser l’accès aux soins médicaux.

Compte tenu des conditions épouvantables auxquelles le pays soumet certains de ses prisonniers, Human Rights Watch a appelé les Nations unies et tous les alliés des Émirats arabes unis à demander « publiquement et en privé » la fin immédiate de l’isolement de Mansur et sa « libération inconditionnelle ».

Lire aussi:   La Chine s'oppose à l'expulsion de la Russie du G20 afin d'éviter "politiser" le groupe

Mansur est détenu par les autorités émiraties depuis mai 2018, date à laquelle il a été condamné à une peine de dix ans. Il fait maintenant face à des représailles de la part des autorités du pays en réponse à sa plainte concernant les mauvaises conditions et les mauvais traitements qu’il a subis pendant sa détention et son procès « manifestement inéquitable ».

Cependant, Human Rights Watch a déploré que le cas de Mansur ne soit pas le seul exemple d’une « intolérance totale à l’égard de la dissidence » de la part du gouvernement des Émirats arabes unis, détaillant que des rapports d’abus commis par les forces de sécurité de l’État contre des dissidents et des militants ont été documentés depuis 2011.

« Les abus les plus flagrants sont la détention arbitraire, la disparition forcée et la torture. Les Émirats arabes unis ont arrêté et poursuivi des dizaines d’avocats, de juges, d’enseignants et de militants et ont fermé les principales associations de la société civile et les bureaux d’organisations étrangères qui promeuvent les droits démocratiques, écrasant tout espace de dissidence », a critiqué l’organisme dans un communiqué.

Lire aussi:   Trois anciens policiers de Minneapolis reconnus coupables d'avoir violé les droits civils de George Floyd

C’est pourquoi HRW a critiqué les efforts de la nation asiatique pour « blanchir sa réputation » sur la scène internationale, et a appelé la communauté internationale à ne pas contribuer aux manœuvres du gouvernement émirati et à enquêter sur les conditions de Mansur et des autres militants des droits de l’homme.

Article précédentL’Atleti prend la Coupe très au sérieux
Article suivantLes États-Unis disent travailler sur des sanctions qui « maximisent » les coûts pour la Russie si elle « poursuit son agression » contre l’Ukraine.