Accueil Dernières minutes L'International HRW exhorte le Japon à mettre fin à la formation des soldats...

HRW exhorte le Japon à mettre fin à la formation des soldats birmans

0

Paris :, 20 déc. (Cinktank.com) –

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a exhorté les autorités japonaises à couper les liens avec l’armée birmane, connue sous le nom de Tatmadaw, et à mettre fin à la formation militaire des soldats birmans.

« Il est ahurissant que le Japon fournisse une formation militaire à des cadets birmans alors que ses forces armées commettent des crimes contre l’humanité contre le peuple birman », a déclaré Teppei Kasai, responsable du programme Asie de HRW.

C’est pourquoi Kassai a demandé aux autorités de Tokyo de suspendre « immédiatement » le programme militaire, ainsi que tout autre lien avec les forces armées birmanes, a déclaré l’ONG dans un communiqué.

Il y a dix jours à peine, l’Académie de défense nationale du Japon accueillait encore huit cadets birmans, selon un responsable du ministère de la défense, qui recevaient une instruction sur la base d’un programme de formation académique et militaire, comprenant un entraînement au combat et aux armes.

De même, Masahiro Kawasaki, un autre employé du ministère, a déclaré que ce programme a été lancé en 2015 en vertu de l’article 100 de la loi sur les forces d’autodéfense, qui autorise la formation et l’éducation des étrangers en matière de défense.

Lire aussi:   L'Angleterre réduit l'isolement pour les cas positifs au COVID-19 à cinq jours "complets"

Le coup d’État de février en Birmanie a conduit à l’arrestation des dirigeants civils du gouvernement national et des gouvernements des États, ainsi qu’à l’annonce d’un « état d’urgence » d’un an. Depuis lors, la police et les forces militaires de la junte ont tué environ 1 300 personnes et en ont détenu plus de 10 000, précise HRW.

La junte a également condamné des centaines de Birmans à des peines d’emprisonnement et a condamné 75 personnes à mort, dont deux mineurs, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques. En outre, l’organisation humanitaire a dénoncé le fait que deux ans seulement après le lancement du projet de partenariat entre le Japon et la Birmanie, les Tatmadaw ont perpétré des « atrocités de masse » contre les Rohingyas, forçant plus de 740 000 personnes à fuir.

Il est vrai que Tokyo a préconisé la fin de la libération des responsables gouvernementaux et la fin des violences qui ont commencé après le coup d’État, et a même adopté en juin une résolution condamnant le coup d’État et appelant à une « restauration rapide du système politique démocratique » en Birmanie.

Lire aussi:   Le tribunal ordonne le placement en détention provisoire des accusés du meurtre du journaliste mexicain Heber Lopez

Au début du mois de mars, l’Australie, l’un des principaux partenaires du Japon en matière de défense, a suspendu sa coopération militaire avec la Birmanie en raison de la répression des manifestants anti-coup d’État par l’armée.

« Le Japon devrait faire de même avec l’Australie et couper immédiatement les liens avec l’armée birmane (…) Le Japon ne devrait pas soutenir ou approuver l’armée birmane extrêmement abusive en formant des soldats Tatmadaw », a déclaré M. Kasai.

Article précédentAncelotti : « Hazard peut être une arme supplémentaire pour le second tour ».
Article suivantLa fin de l’année 2021 : les meilleures motos à moins de 70 000 roupies – TVS Jupiter, Hero Pleasure+ et autres.