Accueil Dernières minutes L'International HRW accuse la junte militaire birmane de « bloquer » les arrivées d’aide humanitaire

HRW accuse la junte militaire birmane de « bloquer » les arrivées d’aide humanitaire

0

Paris :, 13 déc. (Cinktank.com) –

La junte militaire qui dirige la Birmanie depuis le coup d’État de février dernier « bloque » l’arrivée de l’aide, selon l’ONG Human Rights Watch (HRW), qui a accusé les autorités d’aggraver par ces obstacles la « catastrophe humanitaire auto-infligée » dans laquelle est plongé le pays asiatique.

La junte a empêché l’entrée des travailleurs humanitaires, perpétré des attaques contre eux, bloqué l’accès aux convois, détruit des fournitures et coupé les télécommunications, entre autres mesures qui ont fini par empêcher l’arrivée de l’aide dont de nombreux Birmans ont « besoin pour survivre ».

« Les généraux refusent impitoyablement l’aide vitale aux personnes touchées par le conflit depuis la prise du pouvoir par les militaires, comme une forme de punition », a déclaré Shayna Bauchner, chercheuse à HRW, qui a exhorté la communauté internationale à « faire pression » sur la junte pour qu’elle modifie ses restrictions actuelles.

Les Nations unies estiment que 14,4 millions de personnes auront besoin d’une aide humanitaire d’ici 2022, dont plus de cinq millions d’enfants, tandis que quelque 25 millions de Birmans, soit environ la moitié de la population, vivront sous le seuil de pauvreté. Le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l’organisation, Martin Griffiths, a mis en garde en novembre contre les conséquences de la limitation de l’aide.

En outre, la crise politique et sociale a entraîné le déplacement de plus de 284 000 personnes, tandis que quelque 22 000 personnes ont traversé directement les frontières de l’Inde et de la Thaïlande. Tout cela sur fond d’abus et de violations des droits de l’homme qui, dans certains cas, équivalent à des crimes de guerre, selon HRW.

Lire aussi:   Taïwan dénonce les nouvelles incursions d'avions chinois dans son espace aérien

Une personne déplacée vivant dans un camp de l’État de Kachin a déclaré à l’ONG que depuis le coup d’État, les ONG qui apportaient habituellement de la nourriture à l’enclave avaient des problèmes à la fois pour se déplacer et pour recevoir les fonds nécessaires. « Beaucoup de gens avaient l’habitude de quitter le camp pour trouver des emplois quotidiens afin d’aider leurs familles, mais à cause du coup d’État et de COVID-19, il n’y a plus beaucoup d’opportunités d’emploi », a-t-il déploré.

Article précédentUn tribunal danois condamne l’ancienne ministre Inger Stojberg à une peine de prison pour sa loi sur l’immigration
Article suivantLes législateurs britanniques appellent à une répression plus sévère des escrocs en ligne, Cyberflashing