Accueil Dernières minutes Hong Kong lèvera l’interdiction des vols à destination de l’Inde à partir...

Hong Kong lèvera l’interdiction des vols à destination de l’Inde à partir d’avril et réduira la quarantaine à l’arrivée.

0

Hong Kong a déclaré que la ville lèverait les interdictions de vol pour certains pays, dont la Grande-Bretagne et les États-Unis, et réduirait le temps de quarantaine pour les voyageurs arrivant dans la ville, alors que les infections au coronavirus dans sa dernière épidémie plafonnent. La directrice générale de la ville, Carrie Lam, a annoncé lors d’une conférence de presse que l’interdiction des vols en provenance de neuf pays – Australie, Canada, France, Inde, Népal, Pakistan, Philippines, Grande-Bretagne et États-Unis – serait levée à partir du 1er avril. Une interdiction des vols vers la plupart de ces pays est en vigueur depuis janvier, les autorités cherchant à endiguer l’épidémie de la variante omicron hautement transmissible à Hong Kong.

Les voyageurs entrant dans la ville peuvent également passer sept jours seulement dans des hôtels de quarantaine, au lieu de 14, s’ils obtiennent un résultat négatif au test de dépistage du virus les sixième et septième jours de leur quarantaine. Ces voyageurs doivent également être entièrement vaccinés et subir un test négatif pour le coronavirus avant d’entrer dans la ville. M. Lam a également déclaré que les projets de tests de masse à l’échelle de la ville, qui avaient été annoncés en février, seraient suspendus.

Lire aussi:   Marcelino : "Je ne voulais pas conditionner un match".

Les experts sont d’avis qu’il n’est pas approprié pour nous de consacrer des ressources limitées à un test de masse universel, a déclaré M. Lam. Le gouvernement de la RAS continuera à surveiller la situation. Lorsque les conditions seront réunies, nous examinerons la possibilité de mettre en place un test universel obligatoire.

Les changements annoncés lundi marquent un changement dans la gestion de la pandémie de coronavirus par Hong Kong, les autorités cherchant à donner une orientation aux entreprises et aux résidents de Hong Kong après deux ans d’alignement sur la politique de zéro COVID de la Chine continentale.

M. Lam a déclaré que ces changements s’inscrivaient dans le cadre d’un examen intermédiaire des mesures prises par la ville et que les différentes parties prenantes de la ville seraient consultées pour toute feuille de route à plus long terme en matière de santé publique et de développement économique.

Nous devons écouter plus attentivement les experts, tant locaux que continentaux, a déclaré M. Lam.

Pour toute stratégie de santé publique à plus long terme, nous devrons prendre en compte les deux facteurs, à savoir le maintien de l’accessibilité de Hong Kong au continent et la garantie d’une connectivité continue avec le monde extérieur.

Lundi, M. Lam a également annoncé que les mesures de distanciation sociale resteront en place, mais qu’elles seront levées par étapes à partir du 21 avril si aucune infection ne survient, a déclaré M. Lam. L’interdiction de dîner à l’intérieur après 18 heures sera levée et les rassemblements publics seront limités à quatre personnes, au lieu de deux.

Lire aussi:   Lancement du Micromax In Note 2 : prix, caractéristiques et plus pour le dernier smartphone maison

D’autres entreprises qui avaient reçu l’ordre de fermer temporairement, comme les salles de sport et les salons de massage, seront également autorisées à rouvrir.

Hong Kong a signalé 14 145 infections dimanche, le chiffre le plus bas depuis plus de trois semaines. Au plus fort de l’épidémie, la ville a signalé plus de 50 000 cas par jour. Depuis le début de l’épidémie actuelle, à la fin de l’année dernière, plus d’un million d’infections et près de 5 700 décès ont été enregistrés.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les nouvelles de dernière minute et les mises à jour en direct de la guerre Ukraine-Russie ici.

Article précédent5 aliments riches en vitamine A à inclure dans votre régime alimentaire dès maintenant
Article suivantLa Chine enquête sur l’ancien vice-président de la Cour suprême pour corruption présumée