Accueil Sport Golf Henrik Stenson : « Je n’ai absolument aucune inquiétude ».

Henrik Stenson : « Je n’ai absolument aucune inquiétude ».

0

Il a été nommé capitaine de l’équipe européenne de Ryder Cup il y a un peu plus de deux mois. Et Henrik Stenson a rapidement compris que sa vie allait changer : « Une phrase que j’ai entendue de la part de tous les joueurs qui sont devenus capitaines est « Je n’avais aucune idée de la quantité de travail que cela demandait ».

Ce matin, Stenson arrivera à Rome, premier contact officiel avec la ville qui accueillera la Ryder Cup en septembre 2023. Il y aura des réunions, des dîners, une séance de photos à l’intérieur du Colisée et, lundi matin, une conférence de presse au cours de laquelle il illustrera les critères de sélection.

Thomas Bjorn sera également avec lui, qui en tant que vice-capitaine l’aidera dans l’aventure ayant déjà été le capitaine à Paris en 2018, le dernier succès européen. « J’aime à penser que je vais prendre quelque chose de chacun d’entre eux.

Mais je pense que la chose la plus importante est de rester fidèle à soi-même. Je vais essayer d’être le meilleur « Capitaine Stenson » possible. Il faut beaucoup de compétences et j’ai déjà beaucoup d’idées. Si j’avais été inquiet, je n’aurais pas accepté le poste.

Lire aussi:   Le Challenge Tour 2022 démarre en Afrique du Sud

Pour être honnête, c’est tout le contraire : Je suis très excité »

Henrik Stenson, déclarations

« Rory McIlroy et Viktor Hovland ont gagné sur le Pga Tour à la fin de l’année dernière et en 2022, il y a eu les succès de Sepp Straka au Honda Classic et de Jon Rahm au Mexique.

Sur le DP World Tour, les trois grands événements du début de l’année au Moyen-Orient ont été remportés par trois de nos meilleurs talents : Thomas Pieters, Victor Hovland – encore lui – et Nicolai Højgaard. Besoin d’autre chose ? L’un des héros de Paris 2018, Thorbjørn Olesen, a remporté le British Masters il y a quelques semaines à Belfry.

Je n’ai donc absolument aucune inquiétude. Les jeunes ont du talent. Si on leur ajoute les compétences et l’expérience internationale de joueurs un peu plus « éprouvés » comme McIlroy, Rahm, Justin Rose, Tommy Fleetwood et Tyrrell Hatton, je peux dire à tout le monde d’être calme et confiant pour le prochain Ryder.

Lire aussi:   L'Open, Henrik Stenson et Zach Johnson

 » « Parce que c’est l’un des grands événements du sport mondial, et comme on dit « Ryder c’est le golf, mais pas comme vous le connaissez ». C’est une expérience tellement exceptionnelle qu’elle attire même ceux qui ne sont pas golfeurs.

Et je vous garantis qu’il présente un grand intérêt pour les joueurs aussi, où qu’ils vivent. Pour l’avoir joué cinq fois, je peux moi-même l’affirmer du fond du cœur. Il suffit de regarder les fêtes que nous, Européens, avons organisées à Paris en 2018 ou les Américains à Whistling Straits l’année dernière, pour comprendre à quel point le Ryder n’a absolument rien perdu de son sens originel. « 

« Marco Simone ? C’est un joli parcours qui vous invite à prendre des risques et vous récompense si vous jouez bien. Parfait pour le match play. Conçu pour les fans présents qui verront très bien les joueurs et aussi pour les millions de personnes qui regarderont le match à la télévision.  »

Article précédentRicardo Gouveia, un score de -10 avec 6 birdies
Article suivantGareth McNeilly : « Un gars chanceux qui a perdu une jambe »