Accueil Sport Golf Greg Norman : « Les joueurs de Liv peuvent porter des shorts ».

Greg Norman : « Les joueurs de Liv peuvent porter des shorts ».

0

La LIV continue de semer la controverse dans le monde du golf. Après avoir retiré plusieurs joueurs de la PGA ces dernières semaines, dont le numéro 2 mondial Cameron Smith, la ligue a annoncé une décision qui n’est pas conforme aux normes du sport.

Le PDG de LIV Greg Norman a annoncé via les médias sociaux de LIV que les joueurs de sa compétition pourront porter des shorts, ce qui est rarement vu dans ce sport. Dans les différentes compétitions officielles qui ont eu lieu au cours de l’histoire de ce sport, il a toujours été nécessaire de jouer avec un pantalon long, celui qui est réglementaire au golf.

Sauf dans des situations exceptionnelles.

Greg Norman, déclarations

Pendant des années, la PGA a eu cette discussion pour savoir si les shorts pouvaient être inclus dans le code vestimentaire, car dans certains tournois joués dans certaines régions, le port de pantalons longs pouvait être un problème pour les golfeurs.

Ce n’est que dans certains tournois où les températures sont extrêmement élevées que la PGA a autorisé l’utilisation de ce type de vêtements. En fait, jusqu’à récemment, les golfeurs étaient autorisés à avoir les chevilles visibles. Le circuit est assez critique à l’égard de ce code vestimentaire.

Lire aussi:   Marcel Siem a dû vendre une Porsche "trou en un".

Désormais, les joueurs de la LIV ne connaîtront pas une telle gêne grâce à cette règle. Cette mesure est prise alors que l’Invitational Golf se déroule à Boston, où les nouvelles signatures LIV sont déjà présentes. Cameron Smith et Joaquin Niemann.

La LIV continue d’agir pour gagner en notoriété et en nouveaux concurrents tout en maintenant la guerre avec la PGA avec des plaintes et diverses discussions qui altèrent le monde du golf, provoquant des tensions entre golfeurs. Gregory John Norman, alias Greg (Mount Isa, 10 février 1955), est un golfeur et entrepreneur australien surnommé The White Shark ou simplement The Shark. [1].

Il s’est avéré être l’un des golfeurs les plus aimés du public, tant pour son style de jeu agressif particulier que pour ses attitudes charismatiques et le même look inspiré d’un anticonformisme transgressif voilé. [2] Il est considéré comme l’un des golfeurs les plus accomplis des années 1980 et 1990, même s’il n’a pas atteint tous les objectifs qui semblaient à sa portée.

Animé par la passion du golf depuis son adolescence, il commence à obtenir des résultats significatifs sur le plan international dès la seconde moitié des années 70. Meilleur joueur du monde de 1986 à 1997, il a remporté trois fois le tournoi mondial de Matchplay (1980, 1983, 1986), les Masters d’Australie (1980, 1983, 1984) et deux fois les Masters de Grande-Bretagne (1981 et 1982).

Lire aussi:   Le Golf Nazionale accueillera l'Italian Challenge 2022

En 1993, il remporte le British Open avec un record de 267 coups sur les quatre jours de compétition. En 1994, il a remporté le championnat professionnel américain dans lequel il a également établi un record de 264 coups, une limite toujours invaincue. À trois reprises, il a été le meilleur de la saison en termes de récompenses du PGA Tour.

Cependant, Norman n’a pas su allier ses qualités techniques et physiques à une continuité d’action et de concentration suffisante dans les tournois majeurs, à tel point qu’il connaît plusieurs secondes places au cours de sa carrière au cours de laquelle il a remporté 91 titres (jusqu’en octobre 2001), dont seulement deux du Grand Chelem : les championnats Open de 1986 et 1993.

[3] Il a longtemps occupé la première place du classement mondial des meilleurs golfeurs. Malgré quelques baisses de régime dues à la fatigue physique et mentale de sa longue carrière, Norman est pratiquement toujours resté parmi les cinq meilleurs golfeurs du monde. En 2001, il a été intronisé au World Golf Hall of Fame.

Article précédentDerby milanais, les supporters font le spectacle : quel spectacle !
Article suivantMade in HimmerLand va à Oliver Wilson