Accueil Sport Golf Giulio Zanichelli de Parme à San Francisco

Giulio Zanichelli de Parme à San Francisco

0

Le voyage de Golfando pour découvrir l’université de golf américaine continue. Cette fois, c’est le jeune Giulio Zanichelli, vingt ans, qui s’est envolé de Parme pour San Francisco qui en parle. Et de là, il raconte ses journées sur le terrain et dans les salles de classe.

Giulio Zanichelli, déclarations

« Ayant commencé à jouer au golf il y a seulement cinq ans, le golf universitaire est une excellente occasion pour moi de grandir, de m’améliorer et d’acquérir plus d’expérience. L’objectif est de me confronter au professionnalisme. Je pense que le golf universitaire est une étape importante pour chaque golfeur.

Il permet de concourir déjà à un haut niveau et en même temps de mener un cursus d’études pour un éventuel avenir pas en tant que professionnel sur le green.  » « Depuis mon plus jeune âge, comme premier sport, j’ai toujours joué au football.

Le golf, c’était seulement pour l’été, en vacances. La véritable passion est née à l’âge de 16 ans. En 2018, j’ai pris la décision qui a changé ma vie : j’ai quitté le football et je suis tombé amoureux du golf. Ce sport ne m’avait jamais procuré autant d’émotions. Au fil des années, la passion a grandi de plus en plus, au point d’aspirer à une carrière professionnelle. « 

 » L’organisation est l’une des compétences les plus importantes qu’il faut avoir pour être un étudiant-athlète. Il n’a pas été difficile de m’habituer aux rythmes américains, j’ai toujours été une personne précise et méthodique. Personnellement, cela m’a aidé d’avoir des horaires précis dans la journée, une routine constante et une préparation physique et mentale pour me permettre de tenir tous les engagements. « 

Lire aussi:   "A COMPTER D'AUJOURD'HUI, RORY MCILROY EST SUSPENDU"

 » Le golf universitaire m’a permis de m’améliorer techniquement et mentalement. Durant cette première année, je me suis entraîné quotidiennement sur le terrain et en salle de sport. Savoir que je joue pour une équipe et pour une université m’a poussé à donner le meilleur de moi-même. Le fait de ne pas être seul mais soutenu par mes coéquipiers et mon entraîneur m’a rassuré.

Tout m’a aidé à continuer avec discipline et rigueur « .  » Je vous conseillerais de bien évaluer les choix concernant votre avenir en saisissant les opportunités que la vie vous offre. Je leur dirais de suivre le cœur et les passions les plus fortes.

Il faut prendre son courage à deux mains et choisir parfois le chemin le plus difficile, sortir de sa zone de confort et vivre des expériences qui n’arrivent qu’une fois dans une vie. Voyager, apprendre de nouvelles langues et un métier sont un projet de vie. « 

 » De l’avis de Giulio Zanichelli, les terrains de golf américains sont mieux entretenus. La plus grande différence réside dans les greens, qui sont souvent grands, rapides et ondulés. A part cela, il existe différents types de camps en fonction du territoire.

Mon équipe et moi nous entraînons sur un terrain similaire à ceux d’Italie, étroit et avec beaucoup d’arbres. Parfois, il nous arrive aussi de jouer sur des terrains larges et moins punitifs « .  » Ma famille a toujours soutenu mon désir de vivre cette expérience inoubliable.

Conscients de la portée de ce choix, les parents ont été les premiers à me soutenir et à me convaincre de la validité et de la valeur hautement formatrice de cette expérience aux USA si elle est vécue, comme dans mon cas, avec beaucoup d’enthousiasme, de sérieux et de détermination.

Lire aussi:   Le mannequin Emily Ratajkowski fait la fête avec Dimitrov pour promouvoir les tenues vertes

Il n’y a jamais eu d’hésitation de leur part, malgré le fait qu’ils partaient à l’autre bout du monde à seulement 18 ans. Ils ont toujours été fiers et heureux dès le premier jour. Ils m’ont toujours écouté et encouragé durant cette aventure aux Etats-Unis « .

 » Lors d’un concours national, l’été entre la quatrième et la cinquième secondaire, j’ai rencontré un groupe de trois professionnels qui avaient lancé le projet : Road to USA. Une merveilleuse initiative qui permet aux jeunes golfeurs d’en savoir plus sur les débouchés universitaires en Amérique en combinant sport et études.

Grâce à eux, j’ai rencontré Francesco Tebano de l’agence Athletes USA, qui m’a accompagné dès le début. L’opportunité d’étudier en anglais à l’étranger et de concourir dans une équipe universitaire ont renforcé ma conviction de choisir cette voie.

 »  » Premièrement : il est essentiel de bien réussir à l’école et en sport pour s’assurer une place dans l’équipe et au sein de l’université. Il est important de ne jamais baisser la garde et de toujours donner le meilleur de soi-même pour s’améliorer et obtenir des résultats.

Deuxièmement : il faut être prêt à affronter une vie différente, loin des êtres chers. Au début, nous sommes seuls et plongés dans une langue étrangère : en même temps, la vie est aussi stimulante et constructive qu’un séjour à l’étranger.

Article précédentJon Rahm : « Les 9 premiers trous ont été parfaits ».
Article suivantPouvez-vous trouver le porc-épic indien caché dans cette image en 19 secondes ? Explication et solution de l’illusion d’optique du porc-épic indien caché