Accueil Dernières minutes L'International Erdogan dit qu’il « ne veut pas d’extensions du PKK terroriste » au Parlement...

Erdogan dit qu’il « ne veut pas d’extensions du PKK terroriste » au Parlement turc

0

Le président turc porte à nouveau des accusations contre le HDP pro-kurde, troisième parti avec le plus de sièges

Paris :, 12 janvier (Cinktank.com) –

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré mercredi qu’il « ne veut pas des extensions du groupe terroriste Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) au Parlement », évoquant le Parti démocratique du peuple (HDP) pro-kurde, soumis à un campagne de pression des autorités ces dernières années.

Erdogan s’est joint aux critiques formulées par le chef du Parti ultranationaliste du mouvement nationaliste (MHP), Devlet Bahceli, qui a demandé mardi à la Cour constitutionnelle d’interdire le HDP pour ses liens présumés avec le PKK.

« Nous ne pouvons pas tolérer que le HDP soit vu dans la sphère politique et démocratique de la Turquie, pas une seconde », a déclaré Bahceli. Le MHP fait partie d’une alliance avec le Parti de la justice et du développement (AKP) qui lui permet de contrôler le Parlement.

Lire aussi:   M. Biden s'entretient avec M. Guaidó quelques heures après que M. Maduro a critiqué les sanctions et le Sommet des Amériques.

Les propos d’Erdogan sont intervenus après qu’un parlementaire HDP a publié des photographies d’un membre présumé du PKK qu’elle décrit comme son fiancé, comme l’a rapporté le quotidien turc « Daily Sabah ».

La Cour constitutionnelle de Turquie a accepté en juin 2021 la demande du bureau du procureur de dissolution du HDP – le troisième parti avec le plus de sièges au Parlement du pays – pour des liens présumés avec le parti PKK, qu’Ankara considère comme un groupe terroriste .

Ces derniers mois, les autorités turques ont limogé des dizaines de maires du HDP, le troisième parti le plus représenté au Parlement, sur des accusations de « terrorisme » et les ont remplacés par des fonctionnaires de l’État, dans le cadre de la campagne de répression contre les conseils locaux contrôlés. par ce parti d’opposition.

En revanche, l’armée turque a intensifié ses opérations contre le PKK tant dans le sud-est du pays – à majorité kurde – que dans le nord de l’Irak – où la formation dispose de nombreuses bases – depuis l’arrêt des tirs entre les gouvernement et le groupe armé en juillet 2015.

Lire aussi:   Un juge oblige Amazon à réintégrer un travailleur licencié pour avoir demandé des améliorations en matière de sécurité
Article précédentChelsea bat à nouveau Tottenham pour atteindre la finale de la Coupe de la Ligue
Article suivantL’Arabie saoudite confirme pour la première fois plus de 5 000 cas de coronavirus en une journée