Accueil Dernières minutes Sport Emma Raducanu : je suis impatiente de jouer mon premier tournoi WTA...

Emma Raducanu : je suis impatiente de jouer mon premier tournoi WTA sur terre battue

0

Lors de l’US Open de l’été 2021, Emma Raducanu est devenue la première qualifiée à remporter un tournoi du Grand Chelem et a ainsi marqué l’histoire du tennis. Elle participe pour la première fois au Grand Prix Porsche de tennis. À l’approche de ses débuts à la Porsche Arena de Stuttgart, la jeune Britannique de 19 ans nous parle de son anticipation du tournoi, de son enthousiasme pour Porsche et le sport automobile et de ce que cela lui fait d’être ambassadrice de la marque Porsche.

Emma, vous êtes allée en Allemagne plusieurs fois.

De quoi vous souvenez-vous ?
« Je me souviens encore de m’être baigné dans la fontaine devant la cathédrale de Cologne quand j’étais enfant. À cette époque, nous voyagions le long du Rhin et de la Moselle. Plus tard, j’ai gagné un événement junior à Düren et en 2017 un tournoi à Hambourg.

Ce sont donc de bons souvenirs que j’associe à l’Allemagne. »

C’est la première fois que vous participez au Grand Prix Porsche de tennis, êtes-vous impatient ?
« J’ai vraiment hâte de jouer mon premier tournoi WTA sur terre battue.

C’est bien que ce soit le Grand Prix Porsche de Tennis. J’ai suivi cet événement depuis que je suis très jeune. Pour moi, c’était toujours le tournoi où le gagnant reçoit une Porsche. C’était unique, ça a impressionné. Lorsque j’étais en tournée, j’ai entendu beaucoup de choses positives sur le Grand Prix Porsche de Tennis de la part d’autres joueurs.

C’est l’un des tournois les plus populaires du calendrier, mais ce n’est pas étonnant : qui n’aime pas gagner une Porsche ? »

Avec neuf joueurs dans le top 10, le tournoi est très bien pourvu.

Dans quelle mesure cette forte concurrence vous motive-t-elle ?
« Un champ aussi fort est certainement un défi. Cependant, depuis le peu de temps que je suis sur le circuit, j’ai battu certains de ces joueurs. Ce serait très motivant si nous pouvions ajouter quelques victoires à Stuttgart, surtout sur terre battue, où j’ai très peu d’expérience car il n’y a pratiquement pas de terre battue en Grande-Bretagne.

Cette saison sur terre battue, avec les Internationaux de France comme point d’orgue, sera un grand défi pour moi, que j’attends avec impatience ».

Qu’est-ce qui est au programme de votre temps libre à Stuttgart : une promenade dans la ville ou plutôt une visite au musée Porsche ?
« Eh bien, sur ma liste de priorités, le musée Porsche est clairement devant une promenade dans la ville.

Lire aussi:   Carlos Moya ne se cache pas : Rafael Nadal est prêt

Mais j’aimerais aussi voir l’usine Porsche. »

Vous êtes un grand amateur de courses automobiles, qu’est-ce qui vous plaît dans ce sport ?
« J’aime les sensations de la course et de la vitesse.

Cette accélération extrême et ce freinage brutal. Mais je suis aussi très intéressé par la technologie et le travail des mécaniciens et des ingénieurs ».

Vous êtes entré en contact avec la course automobile lorsque vous étiez enfant..

« J’ai fait du karting à l’âge de six ans et cela m’a permis de me sentir différent de la plupart des enfants, d’une manière très positive. Beaucoup plus frais. Après m’être amélioré et avoir gagné en confiance, je me suis beaucoup amusé.

Plus tard, je suis passé au motocross, qui était un défi encore plus grand. Mais aussi un plaisir, car soyons honnêtes : quel enfant n’aime pas se salir dans la boue ? « .

Y a-t-il des parallèles entre la course automobile et le tennis ?
« La course automobile est une question d’amélioration constante.

J’adore le fait que je vois définitivement des parallèles avec le tennis. Il faut toujours être concentré sur le terrain, réagir instinctivement aux nouvelles situations et trouver une solution rapide. Vous consacrez beaucoup de temps et d’efforts à la préparation et à l’entraînement, juste pour faire de petits pas.

Dans les courses automobiles, cependant, elles sont encore plus petites qu’au tennis, et nous parlons donc de fractions de seconde. Et il y a une autre différence : si vous faites une erreur, les conséquences sont beaucoup plus anodines au tennis.

Comment est la rue, quel genre de conducteur êtes-vous ?
« Je me décrirais comme un conducteur sûr et assez décent qui aime rouler vite quand c’est autorisé.

Quand je suis à la maison, je fais trois heures de route pour m’entraîner tous les jours. Malheureusement, je ne peux pas conduire beaucoup lorsque je voyage car je suis encore trop jeune pour louer une voiture ».

Porsche est principalement impliquée dans les courses de longue distance et la Formule E.

Quelles sont les races que vous aimez ?
« Une course de fond, c’est comme un match serré en trois sets. En fin de compte, la concentration et la compétence sont les facteurs décisifs. C’est également très intéressant pour les fans.

Lire aussi:   Masters, Tiger Woods de la 10e à la 19e place

La Formule E est tout aussi fascinante. Il s’agit d’une série de courses innovante et respectueuse de l’environnement, et je connais le couple et l’accélération des moteurs électriques. Comme les voitures ne sont pas très différentes, les dépassements sont plus fréquents en Formule E que dans les autres séries de courses.

Et c’est l’un des aspects les plus attrayants du sport automobile. »

Avec quel pilote de course aimeriez-vous prendre des leçons de conduite et dans quelle voiture ?
« Je choisirais une 911 parce que je la préfère, mais peut-être aussi la supercar 718 Cayman GT4.

Et en tant que pilote, Daniel Ricciardo serait mon préféré. Avec ses compétences et son aisance, nous nous amuserions certainement beaucoup et j’apprendrais vite. »

Votre Porsche préférée est la 911. Pourquoi ça ?
« Deux de mes anciens entraîneurs conduisaient une 911.

Chaque fois que j’allais m’entraîner le matin avant d’aller à l’école, j’admirais toujours la voiture et rêvais d’en posséder une un jour. Plus tard, je me suis rendu à Brands Hatch et j’ai fait l’expérience de la 911 sur le circuit de la Porsche Carrera Cup.

Chaque génération de la 911 est unique et belle à sa manière. Cette voiture est une légende. Un symbole de performance, d’image et de style.

Vous avez réalisé de nombreux rêves sur et en dehors du terrain, comment restez-vous motivé ?
« Il y a toujours de nouveaux défis dans la vie et vous devez toujours vous fixer de nouveaux objectifs.

En ce moment, je suis très concentré sur l’amélioration de mon jeu. Cela me motive beaucoup.

Vous êtes récemment devenue ambassadrice de la marque Porsche, comment cela se passe-t-il pour vous ?
« Être un ambassadeur Porsche signifie beaucoup pour moi.

Porsche est une marque qui me fascine depuis que je suis enfant. Lorsque je travaille avec des partenaires et des marques, il est important pour moi de pouvoir développer une passion pour eux et de m’identifier à eux. Chez Porsche, ça colle parfaitement. Ce partenariat est formidable et j’attends avec impatience les nombreuses activités passionnantes que nous allons mener ensemble.

Article précédentMacci sur Alcaraz : Federer, Djokovic et Nadal n’étaient pas aussi forts à son âge
Article suivantLe trafic aérien intérieur a augmenté de 59 % au cours de l’exercice 22, mais est inférieur de 40 % à celui de l’ère pré-pandémique : Icra