Accueil Dernières minutes Sport Emma Raducanu : Je préférais regarder les courses et les moteurs que...

Emma Raducanu : Je préférais regarder les courses et les moteurs que danser ou me peindre les ongles.

0

La plus grande surprise du tennis de ces douze derniers mois est venue de l’US Open 2021. La très jeune joueuse britannique Emma Raducanu, partie des qualifications, a remporté une victoire éclatante, remportant le premier Chelem de sa carrière et laissant le monde du tennis dans l’émerveillement.

À partir de ce jour, des sponsors, des chiffres changés et une notoriété à laquelle personne ne s’attendait, mais malgré cela, ce qui a été le plus surprenant, ce sont les résultats qui ont suivi. Emma a trouvé cela très difficile et ne pouvait plus exprimer le tennis brillant qu’elle avait montré à Flushing Meadows.

Dans une récente interview avec le Télégraphe, la jeune joueuse de tennis talentueuse a parlé de certains aspects de sa vie. Voici ses mots : « La victoire à l’US Open ? Je ne lui ai pas accordé beaucoup d’espace, je suis passé immédiatement à autre chose et j’ai travaillé à mon prochain objectif.

J’essaie toujours d’être très concentré, à la fin si vous obtenez tout trop tôt vous courez le risque de perdre l’étincelle qui vous a lancé ».

Lire aussi:   Caroline Garcia : Dayana Yastremska est une combattante extraordinaire

Emma Raducanu raconte son histoire

La Britannique a poursuivi en racontant son histoire : « Je suis une personne très normale, ma mère est toujours en train de me harceler pour les choses les plus stupides.

Je suis une fille normale de 19 ans, la différence est que je ne passe que quelques jours par mois à la maison. Ma chambre est en désordre, je suis toujours en train de faire ma valise et quand je vais à un tournoi, ma mère le dit à tout le voisinage.

Manque de résultats ? Cela arrive dans ce sport, mon idée est de jouer autant de tournois que possible, même en exagérant. Je dois être honnête avec moi-même, être raisonnable. Parfois j’ai besoin d’un coup de main, mentalement ce travail n’est pas facile mais j’essaie de profiter des bons moments.

Tout est nouveau pour moi, mais j’essaie de ne pas déprimer après les défaites. Quand j’étais petite, j’étais très timide, ma mère m’a inscrite à la danse, mais j’étais un « garçon manqué », je préférais regarder les courses et les moteurs plutôt que de danser ou de me peindre les ongles, puis le tennis est arrivé et j’ai réalisé que je pouvais être douée.

Lire aussi:   Le record de Novak Djokovic face à Jannik Sinner : le chiffre

L’aide de la LTA a été cruciale et maintenant, c’est bien que mon histoire incite tant de garçons et de filles à prendre une raquette. Je me souviens que quand j’étais petite, je battais les garçons au tennis et c’est pour ça que je pensais que j’étais bonne.

Bien sûr, je n’ai jamais pensé que je consacrerais toute ma carrière à ce sport. Ma mère voulait que je continue à étudier, mais j’ai toujours pensé que je pouvais faire les deux. Sans le tennis, je serais à l’université maintenant ».

Article précédentStoltenberg rencontre le Premier ministre finlandais pour répondre aux préoccupations de la Turquie
Article suivantLe message important de Cori Gauff à la fin de la demi-finale à Roland Garros