Accueil Dernières minutes Sport Djokovic : Les gens pensent toujours que j’ai forcé mon chemin en...

Djokovic : Les gens pensent toujours que j’ai forcé mon chemin en Australie, ce n’est pas vrai.

0

Novak Djokovic a souligné qu’il n’avait pas l’intention de forcer l’entrée aux États-Unis, mais il espère toujours avoir la chance de participer à l’US Open. Djokovic n’a pas été vacciné contre le COVID-19, et selon les lois américaines actuelles sur la vaccination, toute personne entrant dans le pays doit présenter une preuve de vaccination.

Djokovic s’est rendu en Australie plus tôt cette année après avoir bénéficié d’une exemption médicale, mais son visa a ensuite été révoqué et il a été expulsé du pays. « Je ne vais pas aller aux États-Unis si je n’ai pas de permission, donc la saga australienne pour moi n’a pas été agréable du tout », a déclaré Djokovic, selon… Reuters.

Djokovic : Je n’ai pas forcé mon entrée en Australie.

En décembre, Djokovic a demandé une exemption médicale spéciale et l’a obtenue. Après que Djokovic se soit vu refuser la participation à l’Open d’Australie, certains ont accusé le Serbe de tenter d’entrer illégalement dans le pays.

Lire aussi:   Ons Jabeur tient ses promesses et se qualifie déjà pour les quarts de finale à Berlin.

« Les gens continuent de penser que j’ai forcé l’entrée en Australie et que j’ai essayé d’entrer sans papiers, sans permission ou sans exemption ; ce n’est pas vrai », a souligné Djokovic. « Cela a été prouvé au tribunal, donc je n’entrerais jamais dans un pays où je n’ai pas l’autorisation de voyager.

J’adorerais retourner en Australie. J’adore l’Australie, c’est là que j’ai eu mes meilleurs résultats en Grand Chelem. J’espère pouvoir y être en janvier, car je veux y être, et je veux aussi être à New York.

Djokovic a remporté son septième titre à Wimbledon dimanche dernier, mais il risque maintenant de manquer l’US Open et l’Open d’Australie.

« Je suis un joueur de tennis professionnel, je ne m’occupe pas de politique ou de quoi que ce soit d’autre parce que cela ne m’intéresse pas », a-t-il déclaré. « J’ai ma position et je suis un partisan de la liberté de choisir ce qui est le mieux pour vous. Je respecte tout et tout le monde, et j’espère que les gens respecteront au moins ma décision. Si j’ai la permission, je serai là. Si je ne l’ai pas, je ne serai pas là ; ce n’est pas la fin du monde. »

Lire aussi:   Nicolas Kiefer sur Rafael Nadal : le plus grand athlète de tous les temps
Article précédentKyrgios révèle pourquoi il joue dans le prochain documentaire de Netflix.
Article suivantOlazabal, diplôme honorifique de St Andrews