Accueil Dernières minutes L'International Des responsables américains et cubains se rencontrent pour la première fois à...

Des responsables américains et cubains se rencontrent pour la première fois à Washington pour discuter des accords de migration

0

Paris, 22 avr. (Cinktank.com) –

Des responsables américains et cubains se sont rencontrés à Washington pour discuter, pour la première fois depuis l’arrivée à la présidence de Joe Biden, de la mise en œuvre des accords de migration entre Washington et La Havane.

La secrétaire adjointe aux affaires de l’hémisphère occidental, Emily Mendrala, dirigeait la délégation américaine, tandis que le vice-ministre cubain des affaires étrangères, Carlos Fernández de Cossío, représentait la délégation cubaine.

« La délégation américaine a mis en évidence les domaines de coopération fructueuse en matière de migration, en plus d’identifier les questions qui ont constitué des obstacles à la réalisation des objectifs des accords », a déclaré le département américain dans un communiqué.

Ainsi, la partie américaine a souligné que ces pourparlers sont l’engagement de Washington à s’engager dans des relations « constructives » avec le gouvernement cubain, puisque Biden a promis pendant sa campagne pour la Maison Blanche qu’il éliminerait les restrictions sur les transferts de fonds et les voyages à Cuba, imposées pendant le mandat de l’ancien président Donald Trump.

« Permettre une migration sûre, légale et ordonnée entre Cuba et les États-Unis reste un intérêt mutuel et est conforme aux intérêts des États-Unis d’encourager la réunification des familles et de promouvoir un plus grand respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales à Cuba », a déclaré le département d’État dans un communiqué.

Lire aussi:   Poutine remercie Erdogan d'avoir permis à la Turquie d'organiser un échange de prisonniers avec les États-Unis.

Selon le porte-parole du département d’État, Ned Price, lors d’une conférence de presse, ces pourparlers sont « de longue date », puisqu’ils ont été entamés en 1984 et sont devenus un événement bisannuel après la signature d’accords entre 1994 et 1995.

« Les discussions ont porté sur les mécanismes bien établis pour faire face à la migration irrégulière et à l’application des lois américaines sur l’immigration, la migration par voie terrestre et maritime, les tendances migratoires, le retour et le rapatriement des citoyens, le rôle des ambassades et d’autres questions connexes », a-t-il précisé.

À ce titre, Washington a prévu la reprise des services de visas d’immigrant sur une base limitée à partir de mai, les services actuels pour les citoyens américains et la délivrance actuelle de visas de non-immigrant d’urgence.

Pour sa part, la partie cubaine a réitéré sa préoccupation à l’égard des mesures américaines qui « stimulent la migration, entravent la migration légale et ordonnée, et génèrent des conditions socio-économiques qui incitent à l’émigration ».

Lire aussi:   Le président du Portugal dissout le Parlement pour les élections anticipées du 30 janvier

« Ces mesures, y compris celles associées au renforcement extrême du blocus économique, provoquent des pertes de vie et la commission de crimes de trafic de migrants, de fraude migratoire et de traite des êtres humains, une situation qui affecte les deux pays et la région », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

De même, la délégation cubaine a insisté sur « l’obligation » de Washington de « garantir la délivrance à La Havane de pas moins de 20 000 visas annuels aux Cubains pour émigrer dans le pays, un engagement non tenu depuis 2017. »

Les représentants cubains ont ainsi souligné que « rien ne justifie de maintenir ce service interrompu à Cuba et d’obliger l’aspirant émigrant à se rendre en Guyane pour que sa demande soit traitée ».

Article précédentEwan Ferguson, Golfeur du mois de mars
Article suivantDaniel Gavins : « Le plus épais que j’ai jamais vu »