Accueil Dernières minutes L'International Des opposants birmans font état de 18 militaires morts dans des affrontements...

Des opposants birmans font état de 18 militaires morts dans des affrontements avec des groupes de résistance karens.

0

Paris :, 19 déc. (Cinktank.com) –

Les autorités birmanes en exil ont fait état d’au moins 18 militaires tués dans les combats qui se sont déroulés tout au long de la semaine dans la région de Myawaddy, dans l’État Karen, où vivent la minorité Karen et les guérilleros séparatistes de l’Armée de libération nationale Karen, principaux protagonistes des affrontements.

La KNLA, l’une des plus anciennes organisations armées du pays, a repris ses activités après le coup d’État perpétré par les autorités militaires birmanes contre le gouvernement démocratiquement élu au début de l’année, et a rejoint les mouvements de résistance armée contre les militaires.

Les derniers combats ont eu lieu dans la ville de Lay Kay Kaw, forçant quelque 3 000 habitants de la région à fuir, selon les sources du portail Myanmar Now et du journal The Irrawaddy, tous deux liés à l’opposition. L’armée birmane ne répond généralement pas aux rapports de pertes fournis par l’opposition.

Lire aussi:   Le Liban instaure un couvre-feu nocturne pour la population non vaccinée pendant la période de Noël

L’Union nationale karen (KNU), l’aile politique de la KNLA, a condamné l’attaque du régime comme une « violation des droits de l’homme » et une « destruction de la paix » dans une déclaration publiée jeudi, après avoir accusé l’armée d’avoir provoqué les affrontements en organisant un raid mardi à la recherche de militants pour la démocratie et de membres des forces de défense civile du pays.

Selon l' »Irrawaddy », deux députés élus de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti du gouvernement renversé, U Wai Lin Aung et Pyae Phyo, faisaient partie des quelque 90 personnes détenues par la junte militaire ce jour-là.

« Les militaires marchaient vers Demoso depuis Loikaw en civil quand ils nous ont rencontrés et nous avons commencé à nous battre. La bataille de Loilin Lay a commencé en raison d’une attaque lancée par les militaires », selon une autre déclaration des Karens rapportée par Myanmar Now.

L’ONG Karen Civilians Network a indiqué vendredi que, depuis le début du conflit, plus de 150 000 personnes ont été déplacées par la force dans les zones à majorité karen de l’État ainsi que dans le canton de Pekhon, dans le sud de l’État Shan.

Lire aussi:   Le Portugal approuve la mobilisation de 1 500 soldats en réponse aux demandes de l'OTAN concernant la crise en Ukraine

Les médias d’État n’ont pas fait état des récents combats dans la région, et les porte-parole de la junte n’ont pas fait de commentaires, selon le portail.

Article précédentL’Azerbaïdjan remet dix autres prisonniers de guerre du Haut-Karabakh à l’Arménie grâce à la médiation de l’UE
Article suivantL’UE s’accorde avec Pfizer pour 20 millions de vaccins supplémentaires à partir du premier trimestre 2022