Accueil Dernières minutes L'International Des milliers de manifestants se rassemblent sur le National Mall de Washington...

Des milliers de manifestants se rassemblent sur le National Mall de Washington pour réclamer la restriction de l’avortement aux États-Unis.

0

Paris, 22 janv. (Cinktank.com) –

Des milliers de manifestants anti-avortement ont manifesté vendredi le long du National Mall en direction de la Cour suprême des États-Unis pour demander à la majorité conservatrice de restreindre davantage le droit à l’avortement dans le pays.

En plein milieu des restrictions COVID-19 et de la bataille juridique sur l’avortement, centrée sur la loi restrictive de l’État du Texas et l’arrêt historique Roe v. Wade, qui fait de l’interruption de grossesse un droit constitutionnel, des milliers de manifestants se sont rassemblés lors du rassemblement annuel March for Life.

« Je viens depuis 1974. Il y a (cette année) une différence entre ce que nous espérons et ce que nous voulons », a déclaré le républicain du New Jersey Chris Smith sur CNN, soulignant qu’il s’agit d’un « tournant » pour le pays.

Andrew Rudmann, un révérend de la Nouvelle-Orléans, a déclaré qu’il « espère qu’il s’agit de la dernière marche », les manifestants étant optimistes quant aux récentes décisions visant à restreindre l’activité des prestataires d’avortement dans des États tels que le Texas.

Il a toutefois souligné que la manifestation a été « gigantesque » pendant le mandat de l’ancien président Donald Trump et que le mouvement s’est amplifié à chaque nomination à la Cour suprême, qui a rapproché la position sur l’avortement du camp républicain, selon ABC.

Lire aussi:   L'UNICEF affirme qu'"un million d'enfants pourraient mourir de malnutrition" en Afghanistan et prévient que "le temps presse".

Alors que des milliers de manifestants se sont rassemblés autour du National Mall, dont des étudiants de différentes écoles mobilisés depuis différents États, la leader du mouvement, Jeanne Mancini, a condamné la présence au rassemblement du groupe suprémaciste blanc Patriot Front, selon le média américain Newsweek.

La Cour suprême des États-Unis examine l’interdiction de l’avortement jusqu’à 15 semaines dans le Mississippi. Lors des plaidoiries en décembre, plusieurs membres de la majorité conservatrice ont fait des commentaires suggérant que, au-delà du simple maintien de la loi, ils étaient enclins à démanteler Roe, selon CNN.

La loi sur l’âge gestationnel du Mississippi, adoptée en 2018 mais bloquée par deux tribunaux fédéraux, autorise l’avortement après 15 semaines « uniquement en cas d’urgence médicale ou d’anomalies fœtales graves » et ne comporte aucune exception pour viol ou inceste, et c’est celle qu’ils espèrent voir approuvée par la Cour suprême.

D’autre part, la loi texane sur l’avortement est l’une des plus strictes des États-Unis et interdit l’avortement avant que de nombreuses femmes ne sachent qu’elles sont enceintes. Selon la loi, l’avortement est interdit lorsqu’un battement de cœur fœtal est détecté, ce qui est souvent le cas avant que la femme ne sache qu’elle est enceinte. Il n’y a pas d’exception pour le viol ou l’inceste, bien qu’il y ait une exception pour les « urgences médicales ».

Lire aussi:   Le Parlement européen maintient les liens du Kremlin avec le 'procés' malgré les votes contre IU et les indépendantistes

Elle permet également aux citoyens d’engager des poursuites civiles contre toute personne qui aide une femme enceinte à se faire avorter pour avoir violé la loi. C’est la première fois qu’une loi interdisant l’avortement après six semaines entre en vigueur.

Article précédentRepublic Day 2022 : Maquillez-vous pour le drapeau tricolore avec ces conseils simples.
Article suivantCes brillantes astuces d’oignons vont vous surprendre