Accueil Dernières minutes Comment le discours négatif sur soi nous nuit et comment l’atténuer

Comment le discours négatif sur soi nous nuit et comment l’atténuer

0

Notre esprit ne reste pas calme, même pour un instant, dans la vie stressante d’aujourd’hui. Il y a toujours quelque chose qui s’y passe. Parfois, il s’agit de l’avenir, parfois du passé. Souvent, il s’agit aussi de l’excitation d’aller dans un endroit nouveau, etc.

Lorsque quelqu’un est en face de nous, nous lui disons souvent tout ce que nous pensons avec des mots, mais il n’est pas toujours possible d’avoir quelqu’un avec nous. Dans une telle situation, nous commençons à nous parler à nous-mêmes, ce que l’on appelle le dialogue avec soi-même.

Le Dr Spandan Thakkar, un psychiatre basé à Ahmedabad, l’a expliqué en détail dans un article du journal Dainik Jagran.

Selon le Dr Spandan, il y a une partie de notre cerveau qui continue à créer une image en mélangeant ce que vous vous dites. Ensuite, vous réagissez à l’image mentale créée par le cerveau.

Vos mots jouent un rôle important dans la création d’une image, c’est-à-dire que le cerveau prépare une image sur la base des mots que vous utilisez. Tout cela constitue notre voix intérieure, que les psychologues appellent le discours intérieur.

Lire aussi:   Ancelotti : "Je serais inquiet si les joueurs pensaient que nous sommes favoris".

Le discours intérieur négatif sera difficile à surmonter au début, mais avec des efforts constants, il peut être atténué. Pour commencer, apprenez à reconnaître les pensées négatives et à éviter d’y prêter attention. Comme personne d’autre que vous ne peut comprendre vos pensées, vous serez en mesure de trouver un moyen de les gérer si vous vous donnez un peu de temps.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les nouvelles de dernière minute et les nouvelles sur le coronavirus ici.

Article précédentLes États-Unis enregistrent plus d’un million d’infections au COVID-19 en un jour, le nombre le plus élevé au monde
Article suivantCOVID-19 : Tout ce que vous devez savoir sur la campagne de vaccination pour le groupe d’âge 15 à 18 ans