Accueil Dernières minutes L'International Cinq personnes tuées dans une attaque au missile des Huthis dans le...

Cinq personnes tuées dans une attaque au missile des Huthis dans le centre du Yémen

0

L’ONU demande à la coalition une enquête « transparente » sur l’attentat à la bombe contre la prison de Saada.

Paris :, 28 janvier (Cinktank.com) –

Au moins cinq personnes ont été tuées et près de 35 blessées vendredi dans une attaque à la roquette menée par les Huthis contre la ville de Marib, dans le centre du Yémen, ont indiqué les autorités reconnues par la communauté internationale.

Des sources médicales citées par l’agence de presse yéménite SABA ont déclaré que le missile avait touché le quartier d’Al Matar, ajoutant qu’au moins cinq enfants figuraient parmi les blessés, mais les Huthis n’ont pas encore fait de commentaire.

Le conflit a connu une recrudescence depuis 2021 et les tensions ont augmenté à la suite de l’attaque menée par les Huthis la semaine dernière contre la capitale des Émirats arabes unis (EAU), Abu Dhabi. Les autorités émiraties ont affirmé que des missiles balistiques et de croisière ainsi que des drones ont été utilisés lors de l’attaque.

L’épicentre des combats de ces derniers mois est la province de Marib, où les Huthis ont lancé une offensive en février pour tenter de prendre la capitale, principal bastion du gouvernement reconnu par la communauté internationale dans le nord du pays.

Mercredi, les forces pro-gouvernementales ont annoncé de nouvelles avancées dans les combats avec les rebelles Huthi dans la province, après leur prise de la province méridionale de Shabua début janvier.

Lire aussi:   Quelque 875 000 réfugiés ont quitté l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe

Le bureau du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a mis en garde vendredi contre la résurgence du conflit et son « impact dévastateur sur les civils ».

Le porte-parole de l’ONU, Rupert Colville, a déclaré qu’une équipe du bureau au Yémen a récemment visité une prison du nord-ouest bombardée par la coalition internationale et a estimé le nombre de morts à plus de 90 et le nombre de blessés à plus de 230.

« Les informations recueillies dressent un tableau chaotique et désespéré de la situation après l’attaque de la prison, où se trouveraient quelque 1 300 personnes en détention provisoire et 700 migrants.

Il a demandé à la coalition – qui a nié que l’établissement soit une prison et a affirmé que l’attentat était légitime – de veiller à ce que ses enquêtes soient conformes aux normes internationales et qu’elles soient « transparentes, indépendantes et impartiales ».

« Lors de notre visite, nous n’avons vu aucune indication que le site, une ancienne caserne, continue d’avoir des fonctions militaires. Compte tenu de cette situation, nous avons demandé à la coalition de partager ses informations avec nous », a déclaré M. Colville.

À cet égard, il a souligné qu’au cours de l’année 2021, la coalition a effectué un peu moins de 600 bombardements par mois, alors que les Huthis ont mené 340 attaques de missiles et de drones sur le territoire saoudien.

Lire aussi:   Au moins un mort et 20 disparus après le naufrage d'un bateau avec des migrants près de la Grèce

« Au 26 janvier, Ansar Allah – le nom officiel des Huthis – avait commis 1 403 attentats à la bombe et 39 attaques transfrontalières, la plupart contre l’Arabie saoudite, mais aussi contre les Émirats arabes unis (EAU) », a-t-il déclaré.

Il a rappelé aux parties de « respecter scrupuleusement » le droit humanitaire et a mis en garde contre l’impact de la violence à Marib et Shabua, au milieu d’une contre-offensive des forces pro-gouvernementales.

Enfin, il a appelé les Huthis à libérer deux travailleurs de l’ONU détenus dans le pays, soulignant qu’ils ont été arrêtés de manière « inacceptable » en novembre 2021 dans la capitale, Sanaa, sans qu’aucune raison ne soit donnée.

La guerre au Yémen oppose le gouvernement internationalement reconnu, dirigé par Abdo Rabbu Mansur Hadi et soutenu par une coalition internationale dirigée par l’Arabie saoudite, aux Huthis soutenus par l’Iran.

Les rebelles contrôlent la capitale et d’autres régions du nord et de l’ouest du pays. Les principaux combats se déroulent actuellement dans la province de Marib, malgré les efforts de médiation internationale, dans une guerre qui a provoqué ce qui est la plus grande crise humanitaire du monde.

Article précédentL’Ukraine insiste sur le fait qu' »il n’y a pas de phénomènes ou d’actions militaires » à sa frontière avec la Russie
Article suivantFrancesco Molinari, cinquième place avec Jon Rahm