Accueil Dernières minutes Changement climatique et agriculture : les agriculteurs éthiopiens utilisent des méthodes intelligentes...

Changement climatique et agriculture : les agriculteurs éthiopiens utilisent des méthodes intelligentes pour faire face aux conditions météorologiques erratiques

0

Notre climat s’est dégradé en raison de la combustion prolongée de combustibles fossiles, de la destruction de la couverture forestière et du recours à l’élevage. Ceux-ci ont collectivement provoqué un réchauffement de la planète en raison de l’accumulation de gaz à effet de serre (GES). L’augmentation des températures a provoqué des conditions météorologiques irrégulières et a conduit à un cycle saisonnier imprévisible. L’Éthiopie, une nation dépendante de l’agriculture, a également subi le poids de ces impacts. Ils ont toutefois pris des mesures pour atténuer les effets du changement climatique et améliorer leur production agricole.

Comme le note Susan Chacko dans un article de Down to Earth, 25 petits exploitants éthiopiens ont été interrogés dans le cadre d’une étude dirigée par Diana Feliciano de l’université d’Aberdeen, au Royaume-Uni. L’étude a utilisé l’outil Mitigation Options Tool (MOT) pour estimer les émissions de GES dans l’agriculture, noter les choix d’atténuation pour comprendre les avantages mutuels, entre les agriculteurs et l’environnement. Ils ont appris que les agriculteurs avaient constaté des changements dans les schémas météorologiques, tels qu’une hausse des températures et une baisse des précipitations, une augmentation des maladies des cultures, une baisse des rendements, des retards dans la saison des cultures et la disparition des sources d’eau. Les petits agriculteurs ont commencé à utiliser des méthodes telles que le travail réduit du sol et l’ajout de fumier au sol pour atténuer l’impact du climat.

Lire aussi:   Liverpool veut retrouver les demi-finales sans se faire peur

Les petits exploitants sont des agriculteurs des pays en développement qui possèdent et contrôlent une petite parcelle de terre et y cultivent des produits à des fins commerciales et pour leur usage personnel. Ils créent de petits volumes de rendement avec moins de ressources que les grands exploitants. Les petits exploitants ne font généralement pas partie de l’économie formelle en raison de l’absence d’enregistrement auprès du gouvernement et de documents juridiques appropriés, et peuvent ne pas bénéficier des lois et initiatives agricoles du gouvernement.

Les petits exploitants agricoles ne produisent peut-être qu’un petit volume de cultures, mais ils sont les principaux producteurs de denrées alimentaires dans les pays du tiers monde et leur réussite, comme indiqué ci-dessus, se traduit par une augmentation de la production alimentaire pour leur nation, une meilleure économie et une réduction de la pauvreté.

En Éthiopie, le labourage traditionnel par inversion avec des charrues et des herses était pratiqué, ce qui détruisait à long terme les qualités de la matière organique du sol. Les pratiques de travail réduit du sol perturbent des zones plus petites de l’exploitation et sont moins profondes. Ces pratiques permettent de préserver la structure naturelle du sol, ce qui contribue à prévenir l’érosion des sols. La réduction du travail du sol permet également de réduire la dépendance à l’égard des machines et d’économiser du carburant et de la main-d’œuvre. Grâce à l’utilisation supplémentaire de fumier, les propriétés organiques du sol et sa teneur en carbone sont protégées et rajeunies.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les nouvelles de dernière minute et les nouvelles sur le coronavirus ici.

Lire aussi:   Le mannequin Bella Hadid qualifie le fait de défiler sur un podium d'"incroyablement bizarre" dans le contexte de la guerre Ukraine-Russie
Article précédentLes aliments que vous devez éviter si vous souffrez d’un foie gras
Article suivantL’Espagne reste septième au classement de la FIFA, devant la Belgique