Accueil Dernières minutes Sport Carlos Alcaraz : Je me compare de plus en plus normalement à...

Carlos Alcaraz : Je me compare de plus en plus normalement à Rafael Nadal.

0

L’enfant prodige, Carlos Alcaraz, se hisse à pas de géant vers l’Olympe du tennis mondial. Le talentueux élève de Juan Carlos Ferrero se bat parmi les meilleurs joueurs du circuit, qui doivent maintenant faire face à un nouveau rival impressionnant qui, malgré son jeune âge, n’a pas peur d’eux.

Les résultats impressionnants d’Alcaraz au cours de la première partie de l’année 2022 lui ont permis d’atteindre la neuvième place du classement ATP, ce que très peu de joueurs de tennis de l’histoire ont réussi à faire à l’âge de 18 ans (il aura 19 ans le 5 mai).

Quelques jours après son triomphe à Barcelone, l’Espagnol a accordé une longue interview au talk-show El Hormiguero dans lequel il a révélé une curieuse anecdote vécue juste avant son match contre Alex De Miñaur, avant ce qui sera l’un des jours les plus chargés de toute sa carrière sportive et qui finira par être le jour de son couronnement au Conde de Godó 2022.

Il a également parlé de la façon de faire face à la célébrité croissante, du travail de Juan Carlos Ferrero et des comparaisons fréquentes avec Rafael Nadal, son idole de longue date.

Lire aussi:   Rome comme Wimbledon ? Le gouvernement italien pourrait exclure les Russes et les Biélorusses.

Alcaraz : J’étais un enfant compliqué, avec Ferrero on se battait tout le temps.

« Petit à petit, je le prends plus normalement », a déclaré Alcaraz à propos des comparaisons avec Rafael Nadal.

« J’ai toujours dit que si l’on est comparé à Rafa, c’est que l’on fait bien les choses. Rafa, en fin de compte, est l’un des meilleurs de l’histoire et être comparé à lui est une bonne chose, jusqu’à un certain point. Par contre, s’ils te comparent à lui, c’est qu’ils jettent des pierres sur ton sac à dos, mais s’ils me jettent des pierres, je leur jette des pierres.

Mais oui, je vais de mieux en mieux. Je me débrouille très bien [en el manejo de la fama]. Je dis à tout le monde que je ne me considère pas encore comme célèbre. Quand les gens commencent à me reconnaître, c’est quelque chose que je prends aussi naturellement que possible et j’en profite, c’est un plaisir pour moi que les gens vous connaissent.

C’est quelque chose que seule mon équipe connaît », déclare Alcaraz à propos de ce qui s’est passé avant le match contre De Miñaur. Je me suis levé du mauvais pied dimanche : je suis tombé dans les escaliers avant la demi-finale et je me suis blessé au soléaire.

Lire aussi:   Tiger Woods a dit "non" à l'Internationale saoudienne

Je me suis demandé si je pouvais bien jouer, mais finalement l’adrénaline m’a permis de jouer sans problème. Je m’échauffais, j’étais actif, mais j’ai glissé. Heureusement, avec cette adrénaline, je m’en suis remis. Aujourd’hui, il existe un bon lien entre Carlos Alcaraz et son mentor et entraîneur, Juan Carlos Ferrero.

Cependant, au début, leur relation était assez houleuse. « Ils sont là pour me dire les mauvaises choses, pour me mettre un peu en colère (rires), mais c’est la meilleure chose pour moi. Lorsque Juan Carlos Ferrero a commencé avec moi, j’avais 15 ans et j’étais un enfant compliqué.

J’étais et je suis toujours assez têtu, je ne suis jamais revenu à la raison, donc les disputes étaient constantes. J’ai raté beaucoup de choses : j’étais très désordonné, je me mettais en colère, je ne contrôlais pas très bien mes émotions, j’avais la tête ailleurs, j’étais compliqué, oui. Il… [Juan Carlos] a fait un travail très important ».

Article précédentLa Russie déclare que le dialogue avec les États-Unis sur le contrôle des armes stratégiques est « gelé ».
Article suivantATP Madrid – Un tremplin pour Novak Djokovic, attention à Nadal-Alcaraz