Accueil Dernières minutes L'International Bruxelles traduit le Royaume-Uni devant la justice européenne pour avoir contesté sa...

Bruxelles traduit le Royaume-Uni devant la justice européenne pour avoir contesté sa Cour suprême d’une décision sur la concurrence de l’UE

0

BRUXELLES, le 9 février (EUROPE PRESS) –

La Commission européenne a annoncé ce mercredi qu’elle poursuivra le Royaume-Uni devant la Cour de justice de l’Union européenne pour un arrêt de la Cour suprême britannique contre une précédente décision de Bruxelles déclarant illégales les aides d’État en Roumanie.

La justice britannique s’est prononcée sur une affaire qui restait à trancher devant la Cour de justice de l’Union européenne, ce qui aux yeux de l’exécutif communautaire suppose de violer le principe de coopération loyale.

Les services juridiques communautaires estiment également que plusieurs articles du traité fondateur de l’UE ont été violés au cours du processus en ne renvoyant pas la Cour suprême britannique d’une décision préjudicielle à la Cour européenne pour clarifier le mode d’application d’une sentence internationale.

La Commission européenne estime que la décision britannique pourrait avoir de graves conséquences sur l’application du droit communautaire au Royaume-Uni en ce qui concerne les questions liées aux investissements, par exemple lorsque des sentences arbitrales entrent en jeu dans le cadre de traités bilatéraux d’investissement au sein de l’UE.

Bruxelles considère que la reconnaissance et l’exécution de ce type d’avis dans la juridiction britannique est incompatible avec les règles de l’Union européenne car elle remettrait en cause les efforts de la communauté pour faire respecter la primauté du droit communautaire sur les récompenses internationales en matière d’investissement.

Lire aussi:   Berlusconi pèse ses options pour être président de l'Italie devant le silence de Draghi

L’affaire concerne une sentence arbitrale internationale qui, en 2013, a contraint la Roumanie à indemniser deux investisseurs suédois pour avoir retiré une série d’avantages fiscaux que le pays a été contraint de supprimer avec son entrée dans l’UE. En 2015, l’exécutif communautaire a estimé qu’une telle compensation ne devait pas être versée car elle équivaudrait à verser une aide d’État illégale.

Les personnes concernées ont ensuite saisi la justice britannique où la Cour suprême a conclu que leurs obligations au regard du droit communautaire n’étaient pas un obstacle à l’application des décisions du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements, une agence de la Banque mondiale qui a rendu la sentence controversée. .

Article précédentL’Atletico reste en vie en Youth League et le Deportivo s’incline aux tirs au but
Article suivantUn tribunal israélien rejette la demande d’Olmert de soumettre Netanyahu et sa famille à des tests psychiatriques.