Accueil Dernières minutes L'International Bruxelles propose d’assouplir les règles en matière de drogue mais ne parvient...

Bruxelles propose d’assouplir les règles en matière de drogue mais ne parvient pas à débloquer l’impasse sur le protocole irlandais

0

BRUXELLES, 17 déc. (Cinktank.com) –

La Commission européenne a proposé ce vendredi à Londres d’assouplir les règles qui affectent les médicaments génériques expédiés de Grande-Bretagne vers la province d’Irlande du Nord dans le but de débloquer l’application du protocole irlandais négocié dans le cadre du Brexit, mais le gouvernement britannique a répondu en précisant que les conditions pour sortir de l’« impasse » n’existent toujours pas.

« Que pouvons-nous faire d’autre ? », a demandé Maros Sefcovic, vice-président de l’Exécutif communautaire chargé des relations avec le Royaume-Uni, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, après avoir expliqué les détails de la nouvelle proposition et énuméré d’autres concessions récentes que le L’UE est prête à faire dans le contrôle du passage des marchandises pour résoudre la situation.

Le gouvernement britannique maintient que les conditions qu’il a acceptées avec le protocole sont désormais difficiles à respecter et il a prolongé cette semaine les mesures de grâce qu’il a adoptées unilatéralement pour suspendre le respect de l’accord. Des sources communautaires ont indiqué que l’UE avait clairement fait savoir qu’elle n’acceptait pas cette prolongation, l’étude réactive donc le dossier de sanction qu’elle a mis en attente pour des raisons de dialogue.

Lire aussi:   La CNDH demande l'examen de "toutes" les pistes d'investigation dans la mort des journalistes Mollinedo et Garcia

Dans ce contexte, cependant, Bruxelles ne perd pas espoir de débloquer la situation pour régler le différend et a proposé de revoir les règles qui affectent le transport des médicaments génériques vers la province irlandaise pour s’assurer que l’approvisionnement arrive « en même temps que le le reste « du territoire britannique, à condition que l’autre partie prenne des mesures pour s’assurer que les produits n’atteignent pas le marché unique.

« A l’exception peut-être des médicaments, je ne pense pas que les négociations soient encore assez proches pour offrir des résultats qui puissent vraiment résoudre les problèmes que pose le protocole », a déclaré le ministre britannique qui négocie le Brexit, David Frost.

Dans une déclaration publiée à l’époque où la proposition de Bruxelles était connue, Frost a souligné que la proposition européenne « ne résout que certains domaines et ne suffirait pas à réduire la bureaucratie subie par le peuple d’Irlande du Nord », a-t-il ajouté.

Lire aussi:   L'OTAN accepte de déployer de nouveaux groupes de combat en Europe de l'Est en pleine tension avec la Russie

Sefcovic, cependant, insiste sur l’offre de dialogue pour rechercher des solutions imaginatives mais précise qu’elles ne peuvent pas avoir lieu en dehors du cadre établi par le protocole ou en laissant de côté les pouvoirs de la Cour de justice de l’UE, comme le prétend Londres.

Selon lui, les propositions avec lesquelles son équipe tente de régler le différend montrent que le protocole en question « a la souplesse nécessaire pour fonctionner » dans la région sans créer de tension. Cependant, a-t-il ajouté, pour assurer le succès, il est nécessaire que les parties soient impliquées de la même manière dans le reste des questions qui restent ouvertes.

La proposition de vendredi ne s’appliquera pas seulement à l’Irlande du Nord, mais aussi à trois pays de l’UE – Chypre, l’Irlande et Malte – avec une forte dépendance historique aux médicaments génériques du Royaume-Uni.

Article précédentSelon une étude de la FIFA, « la plupart » des supporters préfèrent des Coupes du monde plus fréquentes.
Article suivantLes États-Unis recommandent d’approuver le câble de données sous-marin de Google et Meta vers l’Asie