Accueil Dernières minutes L'International Bruxelles demande la suspension de l’exemption de visa pour le Vanuatu en...

Bruxelles demande la suspension de l’exemption de visa pour le Vanuatu en raison des risques de sa politique de « passeport doré »

0

BRUXELLES, 12 janv. (Cinktank.com) –

La Commission européenne a demandé ce mercredi de suspendre l’accord qui exempte les touristes du Vanuatu, dans le Pacifique Sud, de l’obligation de traiter un visa pour accéder à l’UE, considérant que la politique des « passeports dorés » que ce pays insulaire propose aux grands les investisseurs étrangers posent des « risques pour la sécurité ».

La proposition intervient après des contacts de Bruxelles avec les autorités du pays mettant en garde contre les doutes de l’UE concernant deux programmes d’investissement avec lesquels ce pays accorde la citoyenneté aux étrangers qui investissent un minimum de 130 000 $.

En pratique, l’octroi d’un « passeport doré » signifie également que l’investisseur étranger serait exempté de l’obligation de demander un visa pour se rendre dans n’importe quel pays de l’UE, une exigence qui devrait autrement être remplie pour atteindre les terres communautaires .

Les experts communautaires considèrent que ces programmes présentent « de graves lacunes et failles de sécurité » qui permettent, par exemple, aux personnes répertoriées dans les bases de données d’Interpol d’obtenir facilement la citoyenneté au Vanuatu.

L’Exécutif communautaire n’aime pas non plus les termes « trop ​​courts » des procédures de délivrance de ces passeports en échange d’investissements ou le fait qu’il n’y ait pas d’échange systématique d’informations entre le pays d’origine ou de résidence principale du demandeur avant d’accorder le document.

Lire aussi:   La Russie confirme plus de 30 000 cas et près de 1 200 décès dus au coronavirus au cours de la journée écoulée

Bruxelles prévient également que Vanuatu n’a rejeté qu’une seule demande de passeport puisque cet avantage pour les investisseurs étrangers a été mis en œuvre en 2015 jusqu’à aujourd’hui.

Pour que la suspension demandée par la Commission soit effective, il faut au préalable que les Vingt-sept l’approuvent et que le Parlement européen en soit informé, en plus d’informer les autorités du pays dans les deux mois avant d’appliquer le changement.

Article précédentCiudad del Fútbol accueillera la Supercoupe d’Espagne féminine en 2022
Article suivantKristof Ulenaers, le lauréat du tir de l’année