Accueil Dernières minutes L'International Biden arrive en Corée du Sud au début de sa première tournée...

Biden arrive en Corée du Sud au début de sa première tournée en Asie de l’Est

0

Paris, 20 mai (Cinktank.com) –

Le président américain Joe Biden est arrivé vendredi en Corée du Sud, au début de sa première visite en Asie de l’Est, où il discutera avec les dirigeants sud-coréens et japonais de la menace de la Corée du Nord et de l’influence croissante de la Chine dans le paysage stratégique de la région Pacifique.

La visite de M. Biden en Corée du Sud aura également un fort caractère économique. Après avoir atterri sur la base aérienne d’Osan à Pyeongtaek, à 70 kilomètres au sud de Séoul, le président Biden rencontrera immédiatement son homologue Yoon Suk Yeol à Pyeongtaek pour visiter une usine de fabrication de puces Samsung.

À la fin de leur tournée, les deux dirigeants réaffirmeront leur engagement à renforcer les chaînes d’approvisionnement dans le contexte de la crise mondiale de l’approvisionnement qui fait suite à des années de pandémie et à l’éclatement de la guerre en Ukraine en février.

Les deux hommes se retrouveront samedi pour leur premier sommet, qui se tiendra d’abord en petit groupe puis dans un format élargi, afin de discuter de l’ensemble des défis économiques et sécuritaires auxquels sont confrontés les alliés et la région.

Selon l’agence de presse officielle sud-coréenne Yonhap, les deux dirigeants discuteront également des « moyens de faire face aux provocations de la Corée du Nord », ainsi que de la « coopération bilatérale en matière de chaîne d’approvisionnement, de technologies émergentes et d’autres questions liées à la sécurité économique ».

Lire aussi:   La Syrie rapporte qu'un soldat a été tué dans une attaque au missile de Tsahal.

En outre, M. Biden et M. Yoon organiseront ce jour-là un déjeuner de travail avec de hauts responsables des principaux conglomérats du pays, dont le vice-président de Samsung Electronics, Lee Jae Yong, le président de SK Group, Chey Tae Won, le président de Hyundai Motor Group, Chung Eui Sun, et le président de LG Group, Koo Kwang Mo.

Les États-Unis maintiennent environ 28 500 soldats en Corée du Sud pour dissuader toute agression nord-coréenne, un héritage de la guerre de Corée de 1950-53, qui s’est terminée par un armistice plutôt que par un traité de paix.


HRW appelle les États-Unis et la Corée du Sud à négocier avec la Corée du Nord sur les droits de l’homme

M. Biden se rendra au Japon le lendemain pour rencontrer le Premier ministre Fumio Kishida, une semaine après la commémoration, dimanche dernier, du 50e anniversaire de la restitution de la préfecture d’Okinawa au gouvernement japonais à la fin de l’occupation américaine après la Seconde Guerre mondiale, rapporte la chaîne publique japonaise NHK.

Okinawa abrite environ 70 % des installations militaires américaines du pays et a été la source de plusieurs controverses ces dernières années, notamment le crash d’un hélicoptère américain sur un campus universitaire. Il y a également eu des cas d’agression sexuelle de femmes japonaises par des militaires américains.

Lire aussi:   Les Talibans affirment qu'il n'existe aucune menace émanant de l'Afghanistan pour les pays limitrophes.

MENACE NORD-CORÉENNE

Les responsables américains n’excluent pas que M. Biden visite la zone démilitarisée qui sert de frontière avec la Corée du Nord au cours de son voyage, mais si cela se produit, il ne le saura qu’à la dernière minute. En fait, le gouvernement américain a reconnu cette semaine la « possibilité réelle » que la Corée du Nord procède à des tirs d’essai de missiles pendant la visite du président.

« Nos renseignements reflètent la possibilité réelle qu’il y ait un nouvel essai de missile, y compris un essai de missile à longue portée, un essai nucléaire ou les deux dans les jours précédant, pendant ou après le voyage du président dans la région », a déclaré mercredi le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan.

M. Sullivan a souligné que la Maison Blanche se prépare à « toutes les éventualités », y compris la possibilité que Pyongyang lance une telle « provocation » pendant que M. Biden se trouve en Corée du Sud ou au Japon, rapporte « The Hill ».

À cet égard, M. Sullivan a souligné que les responsables américains se coordonnent avec leurs alliés dans la région et a reconnu que la question avait effectivement été soulevée lors de sa conversation avec le haut diplomate chinois, Yang Jiechi.

Article précédentTiger Woods est la vedette du championnat Pga
Article suivantLe président de la RFET présente le championnat de tennis junior à Almeria