Accueil Dernières minutes L'International Bachelet appelle à des politiques « non neutres » pour sortir les femmes de...

Bachelet appelle à des politiques « non neutres » pour sortir les femmes de leur « invisibilité ».

0

Elle déclare qu' »il y a beaucoup de choses à faire » et appelle à « davantage de femmes dirigeantes ».

Paris, 19 mai (Cinktank.com) –

La Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et ancienne présidente du Chili, Michelle Bachelet, a appelé jeudi les gouvernements à mettre en place des politiques qui « ne sont pas neutres » afin de sortir les femmes de la « marginalisation » et de l' »invisibilité ».

Mme Bachelet, qui a participé à une table ronde lors d’un événement organisé par la Fondation Women for Africa, a déclaré que « les femmes ne sont pas discriminées parce qu’elles sont biologiquement plus vulnérables », mais parce qu' »elles ont été marginalisées, parce qu’elles n’ont pas eu accès à la parole ».

« Les gouvernements doivent inclure dans leur politique des mesures qui ne sont pas neutres, mais qui prennent effectivement en compte le fait qu’il existe un vide, soit juridique, soit dans la pratique, soit dans l’application des lois, qui donne aux femmes une force et un rôle qui nous permettent réellement de les sortir de la marginalisation, de la discrimination et de l’invisibilité », a-t-elle fait valoir.

« Pour cela, nous avons besoin de plus de femmes leaders, de femmes qui s’expriment, de femmes plus visibles », a-t-elle expliqué, avant de reconnaître qu' »il y a beaucoup de choses à faire » et de souligner que « dans chaque processus de crise, dans les multiples crises actuelles, les femmes sont touchées de manière plus disproportionnée ».

En ce sens, elle a défendu le fait que les femmes « sont inclusives » et « essaient de faire en sorte que l’ensemble puisse faire partie de la solution ». « Nous savons sans aucun doute que toute solution doit inclure toutes les femmes », a-t-elle déclaré, avant d’appeler à « un effort particulier pour intégrer l’intersectionnalité des femmes dans chacune des mesures prises par les gouvernements et les parlements ».

« Les femmes ont beaucoup de choses en commun, mais nous sommes toutes différentes. Il y a des femmes âgées, des jeunes femmes, des femmes handicapées, des femmes indigènes, des femmes rurales, des femmes urbaines, des femmes éduquées et non éduquées, des femmes qui ont de nombreuses opportunités et d’autres qui n’en ont pas », a-t-elle souligné.

« Nous ne savons pas en général combien de femmes, par exemple, sont âgées, pauvres, handicapées, combien sont trois ou quatre fois plus discriminées en raison de tous ces facteurs, en plus d’être des femmes », a déclaré Mme Bachelet lors de l’événement, auquel ont également participé Graça Machel, fondatrice du Graça Machel Trust, Finda Koroma, vice-présidente de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Emanuela del Re, représentante spéciale de l’Union européenne pour le Sahel, et María Teresa Fernández de la Vega, présidente de la Fundación Mujeres por África (Fondation Femmes pour l’Afrique).

En ce sens, Mme Machel a souligné qu’il est nécessaire de « développer des stratégies, et pas seulement des déclarations, sur la manière d’amener les femmes à être au plus haut niveau politique, économique, scientifique et culturel ». « Les femmes doivent occuper des postes de direction. Ils doivent apporter du talent, de l’expérience et surtout un style de leadership, qui concerne davantage le côté humain de la façon de diriger », a-t-elle déclaré.

Lire aussi:   La fille de Navalni laide à l'UE son « pragmatisme » envers Poutine en décrochant le Sakharov au nom de son père

Mme Machel, qui a été première dame du Mozambique et d’Afrique du Sud, ainsi que ministre mozambicaine de la culture entre 1975 et 1989, a reconnu « certains progrès dans la sphère politique », tout en déplorant le manque de progrès en matière d’intégration des femmes dans les sphères économiques en Afrique.

« La contribution (des femmes) dans l’économie n’est pas reconnue car elles sont principalement dans le secteur dit informel. C’est comme si notre contribution n’existait pas », a-t-elle déclaré, avant de demander que des efforts soient faits pour amener les femmes dans « l’économie formelle ». « Cela ne va pas se produire juste pour le plaisir de le faire. Nous avons besoin d’investissements, de stratégies et d’objectifs très clairs et mesurables dans le temps », a-t-elle fait valoir.

Elle a fait valoir que « l’économie et les nations prospéreront » et a souligné que « ce n’est pas une faveur ». « Il est dans l’intérêt de nos nations que les femmes contribuent à l’économie formelle », a déclaré Mme Machel. Elle a demandé que les femmes aient accès à des fonds et à des compétences pour renforcer leur rôle dans l’économie.

Pour sa part, Mme Koroma a rappelé que l’un des objectifs de la CEDEAO est d' »améliorer les conditions socio-économiques et culturelles » des femmes et a souligné que l’organisation « se concentre sur la protection des femmes et des filles » face aux « nombreuses pressions » qui existent dans les pays qui composent cette organisation.

« Les dirigeants de la CEDEAO ont déclaré qu’ils recherchaient le bien-être des femmes et nous voulons qu’ils fassent pression pour mettre fin aux préjugés sexistes et qu’ils fassent preuve d’un engagement politique pour atteindre l’égalité des sexes partout », a-t-elle déclaré lors de son discours à l’événement.

AMENER LES FEMMES À « VIVRE » LA DÉMOCRATIE

Del Re a également déclaré qu’en Afrique, il existe des « aspirations démocratiques résilientes » malgré les « périodes critiques » que traverse le continent, avec « de nouvelles tendances antidémocratiques ou des interprétations très rétrogrades de la société » qui émergent ou se consolident dans certaines régions.

Il a rappelé les récents coups d’État en Afrique de l’Ouest et a souligné qu' »il existe également des opportunités parce que la société civile est incroyablement dynamique et qu’il y a un grand intérêt à lutter pour les valeurs démocratiques ». « Les démocraties fonctionnent. Même pendant la pandémie, des élections ont été organisées », a-t-il rappelé.

Pour cette raison, elle nous a demandé de garder à l’esprit que « la démocratie est marquée par le genre » et a déclaré que pour les femmes « c’est très difficile » car « elles sont piégées dans des rôles qui ne leur permettent pas d’exprimer leurs capacités ou leur potentiel ». « Il existe des institutions traditionnelles et sociales qui font obstacle à ce que les femmes puissent dépasser leur cercle social et commencer à vivre la démocratie », a-t-elle expliqué.

Lire aussi:   Le Royaume-Uni va déployer plus de 300 soldats en Pologne pour faire face à "toute menace" à la frontière

« S’ils font l’expérience de la démocratie, ils l’intériorisent et en deviennent les témoins, ce qui est très difficile dans de nombreuses régions d’Afrique, ce à quoi nous devons contribuer », a-t-elle fait valoir. « L’UE est très engagée dans ce domaine », a-t-il déclaré, avant de souligner que le bloc cherche à stimuler la « gouvernance » sur le continent.

Del Re a souligné que dans certains pays, « il y a un manque d’accès aux services de base », et qu’il y a « des Etats non fonctionnels ou des occasions où des groupes criminels dans des zones éloignées ou même dans des zones urbaines promeuvent un système de bien-être alternatif où l’Etat n’est pas présent ».

« Les gens sont pris entre la volonté d’avoir un État et des solutions qui sont malheureusement temporaires et ne conviennent pas à la croissance et au développement de la société », a-t-elle déclaré, tout en réaffirmant que la situation des femmes est une « priorité absolue » pour l’UE.

« L’UE fait beaucoup, mais ce n’est pas suffisant. Nous avons besoin d’une coordination avec toutes les ressources au niveau politique. La CEDEAO, l’ONU, l’Union africaine et l’UE doivent être plus unies. Nous faisons beaucoup, mais souvent nous ne sommes pas coordonnés », a déploré M. Del Re.

Enfin, Mme Fernández de la Vega a souligné que « les femmes construisent des ponts » et a salué l’objectif du sommet. « Nous l’avons fait toute notre vie. Nous construisons des ponts dans nos familles, nous construisons des ponts avec nos amis, nous construisons des ponts au-delà des frontières, au-delà des croyances et des cultures, au-delà de la géographie et de l’histoire, qui n’a pas compté sur nous », a-t-elle souligné.

« Nous avons construit ces ponts, qui sont métaphoriques mais qui nous ont permis d’apprendre à nous connaître, à communiquer et à nous comprendre », a-t-elle souligné. « Lors de ce sommet, nous avons voulu nous retrouver, alors que nous ne nous sommes jamais séparés, pour renforcer ces ponts », a souligné le président du Conseil d’État.

« En fin de compte, ce que nous voulons tous, c’est la paix, la solidarité, la compréhension, le respect et être reconnus », a-t-elle déclaré. « Nous voulons que les valeurs démocratiques soient respectées, en particulier celles exercées par les femmes », a-t-elle déclaré, avant de souligner la nécessité de « se débarrasser à jamais du patriarcat ».

Article précédentJon Rahm : « Avec la nouvelle chaussure, je suis super heureux ».
Article suivantTiger Woods commente l’absence de Phil Mickelson : « Il a dit des choses qui… »