Accueil Sport Golf Azahara Muñoz :  » Je veux jouer la Solheim Cup « .

Azahara Muñoz :  » Je veux jouer la Solheim Cup « .

0

Azahara Muñoz a réalisé des rêves toute sa vie, depuis ses premières tentatives de golf amateur dans des tournois fédératifs jusqu’aux événements internationaux qu’elle a disputés, également en tant qu’amateur, des deux côtés de l’Atlantique, que ce soit sur les links qui accueillent le Girls Amateur Championship ou le British Ladies Amateur ou sur les parcours qui l’ont vue remporter le championnat individuel NCAA ou qui l’ont reçue en équipe dans la PING Junior Solheim Cup.

La joueuse née à Malaga est passée professionnelle en 2009 et a continué à atteindre ses objectifs et à remporter des titres. Elle est devenue la première Espagnole à assurer la continuité dans une compétition aussi exigeante que la Solheim Cup, en gagnant la confiance de quatre capitaines différents (2011, 2013, 2015 et 2019), et en ouvrant la porte à Carlota Ciganda, une amie inséparable, à partir de 2013, année des débuts de la Navarraise.

Avec le souvenir récent du tournoi joué cette année à l’Inverness Club de l’Ohio, où une équipe européenne décomplexée a imposé sa qualité et sa confiance en soi à l’équipe américaine, Azahara Muñoz (qui n’a pas joué à cette occasion) est claire : son rêve est de revenir dans l’équipe en 2023.

Les quatre victoires européennes lors des six dernières éditions, de son point de vue, sont une conséquence logique du grand travail de l’équipe européenne et de ses capitaines.

Azahara Muñoz, déclarations

« Aujourd’hui, nous y croyons, nous sommes sûrs de pouvoir le faire et l’équipe est meilleure.

Lorsque j’ai joué ma première Solheim Cup PING Junior, il y a 18 ans, j’avais 15 ou 16 ans et il y avait des joueuses du Ladies European Tour qui n’avaient jamais joué en Amérique. Si l’une de ces joueuses affrontait une Américaine qui ne connaissait même pas le nom de son adversaire, c’était comme si elle était déjà à trois sur le premier tee », se souvient Muñoz.

« Maintenant, toutes les joueuses européennes sont très bonnes, elles ont gagné, elles jouent sur le LPGA Tour et dans les Majors et, bien que les Américaines soient toujours en tête du classement mondial, en match-play, nous, les Européennes, sommes plus connectées et nous jouons en équipe.

Maintenant, nous ne pensons pas que nous allons passer un bon moment juste à la fête du dimanche. Nous arrivons en pensant que nous allons gagner la Coupe ». Azahara Muñoz a fait ses débuts en 2011 lors de la Solheim Cup organisée en Irlande, au château de Killeen, à un moment délicat pour les golfeuses du LET.

Après trois défaites consécutives, Alison Nicholas, la capitaine européenne, a tiré la jeunesse avec six joueuses de moins de 27 ans : Melissa Reid, Anna Nordqvist, Christel Boeljon, Caroline Hedwall, Sandra Gal, et Azahara Muñoz, les trois dernières choisies par elle.

Bien que cinq de ces six joueuses soient des recrues, elles ont déjà réalisé des performances sur le circuit de la LPGA et ont tissé des liens indéfectibles en vivant loin de chez elles. Azahara a pris le meilleur départ possible, en battant Stacy Lewis et Angela Stanford dans les foursomes du premier jour avec Catriona Matthew, et en faisant match nul le jour suivant contre Cristie Kerr et Paula Creamer, une autre forte paire américaine.

Lire aussi:   Francesco Molinari, cinquième place avec Jon Rahm

Après avoir perdu avec Maria Hjorth dans le fourballs du deuxième jour contre Paula Creamer et Brittany Lincicome, l’Europe était à égalité dans la session de simples, habituellement favorable aux Américains. Le dernier jour, grâce à un retour héroïque de Hedwall, Muñoz et Pettersen, l’Europe a confirmé sa victoire lorsque Azahara a fait un birdi au 17e trou du parcours irlandais contre Angela Stanford.

« La semaine en Irlande a été spectaculaire, surtout la façon dont nous sommes revenus le dernier jour. J’étais très jeune, 22-23 ans, une enfant, et cela m’a fait croire et savoir que je pouvais tout faire. La pression était incroyable. Je n’avais jamais ressenti autant de nervosité, en mettant mes mains à trembler, et quand vous réalisez que vous pouvez jouer sous une telle pression, vous savez que vous pouvez jouer dans n’importe quelles circonstances.

Cela m’a aidé à croire en moi et à réaliser que vous voulez jouer beaucoup plus de Solheim Cups, et c’est très motivant. Vous vous dites : « C’est une année Solheim. C’est très motivant. Vous vous dites : ‘C’est une année Solheim, allons-y' », a expliqué Muñoz.

Après le magnifique triomphe en Irlande, l’édition 2013 s’est jouée au Colorado Golf Club, historique pour le golf espagnol en raison de la présence de trois joueuses espagnoles dans l’équipe dirigée par Liselotte Neumann. Carlota Ciganda, Azahara Muñoz et Beatriz Recari ont remporté sept points sur les dix qu’elles ont joués et ont donné à l’Europe 38% des points qui sont montés au tableau d’affichage européen.

Au-delà des chiffres, leur contribution a été décisive dans la première victoire de l’Europe sur le sol américain, alliant détermination, qualité et solidité pour s’imposer pour la première fois aux États-Unis et terminer avec la plus grande différence de l’histoire de la Solheim Cup : 18 à 10 pour l’Europe.

En outre, Azahara Muñoz et Carlota Ciganda ont revécu les meilleurs souvenirs de leur passage dans les équipes nationales, où elles formaient une paire historique dans les foursomes sans que personne ne les batte, et ont fait leurs débuts en tant que paire dans les fourballs le deuxième jour, en battant Gerina Piller et Angela Stanford.

« Nous savions que nous pouvions le faire, mais une chose est de penser que vous pouvez le faire, et une autre est de gagner. C’est tout simplement incroyable. Il est très difficile de gagner aux États-Unis avec le public contre vous, c’est pourquoi cela n’est jamais arrivé auparavant », a expliqué Muñoz.

« Nous voulions la Coupe. Nous voulions gagner aux États-Unis pour la première fois. Mais je pense que la chose la plus importante est que nous voulions gagner pour Lotta (Liselotte Neumann, la capitaine européenne). C’est génial d’être à ses côtés, elle nous a mis à l’aise.

Elle l’a vraiment mérité. Nous y pensions tous et nous voulions le faire pour elle « , se souvient Azahara. En 2015, pour la troisième édition consécutive, Azahara Muñoz est revenue dans l’équipe dirigée cette fois par Carin Koch, mais les États-Unis ont remporté une victoire très serrée d’un seul point.

Lire aussi:   Shuai Zhang assomme Naomi Osaka au premier tour de Cincinnati

La joueuse de Malaga devra attendre quatre ans, jusqu’à l’édition de Gleneagles, pour se débarrasser du goût amer dans sa bouche de cette défaite en Allemagne. Indépendamment des coéquipiers avec lesquels elle a été associée dans le tournoi, Azahara Muñoz est claire sur ce qui constitue pour elle la principale attraction de la Solheim Cup : « La meilleure chose, c’est l’équipe.

J’adore jouer en équipe et je prends l’expérience, les dîners, les expériences, les jeux avec mes coéquipières. J’aime tout ce qui se passe dans les vestiaires. Je parle aux Américains et ils ne sont pas comme ça. Nous formons une équipe incroyable, tout le monde s’entend très bien et nous nous soutenons tous les uns les autres.

C’est incroyable à quel point l’équipe est unie, à quel point on s’entend bien avec les joueurs, surtout ceux avec qui on est jumelé », résume Muñoz. Son absence de l’équipe qui a gagné dans l’Ohio en 2021 lui a permis de « profiter » d’une autre facette de la compétition et d’être au courant de ce que la Solheim Cup traîne dans l’actualité.

« Maintenant, il y a plus d’impact médiatique autour de la compétition et je l’ai beaucoup remarqué en la regardant de l’autre côté et en la suivant à la télévision et sur les médias sociaux. Le fait que la finale ait été si serrée a aussi aidé, bien sûr », a-t-elle expliqué.

Aujourd’hui, Azahara Muñoz attend son premier enfant, une circonstance qui causera une pause inévitable dans sa carrière, mais la native de Malaga est claire : elle se battra pour être dans la première Solheim Cup qui sera jouée en Espagne.

« Je ne sais pas comment les choses vont se passer parce que ma vie sera très différente quand j’aurai mon enfant, mais je veux jouer la Solheim Cup en 2023. Ce serait mon rêve. Ce serait probablement la dernière, je vieillis, mais jouer une autre Solheim Cup et la faire à la maison serait incroyable, parce que cela voudrait dire que j’aurais bien joué cette année-là aussi.

Je n’aurai pas beaucoup de temps pour me qualifier, mais je vais faire tout ce que je peux pour y être ». En ce qui concerne l’ambiance à Finca Cortesín et les attraits que l’Andalousie et la Costa del Sol offrent pour que la Solheim Cup 2023 serve de tournant, comme l’a été la Ryder Cup organisée en 1997 à Valderrama, Azahara est très clair :  » Le 1er tee de Finca Cortesin va être fou et les Espagnols vont faire beaucoup de bruit « , déclare Muñoz.

« D’un autre côté, la Costa del Sol est un endroit que tout le monde veut visiter. Quand je dis que je suis de Marbella, presque tout le monde aux États-Unis sait où c’est. C’est une destination que les gens veulent visiter, qu’ils viennent d’Europe ou d’Amérique.

Finca Cortesin est un grand terrain et il va être magnifiquement entretenu. C’est un excellent terrain pour le match-play, il apportera beaucoup d’excitation et placera l’Espagne au sommet du jeu ».

Article précédentUn notaire juif a révélé la cachette de la famille d’Anne Frank aux nazis, selon une nouvelle enquête
Article suivantLe PDG d’Ola propose aux clients du S1 de passer gratuitement au scooter électrique S1 Pro, plus onéreux.