Accueil Dernières minutes Autorisation de décoller : les autorités réglementaires américaines autorisent Boeing à reprendre...

Autorisation de décoller : les autorités réglementaires américaines autorisent Boeing à reprendre les livraisons de 787

0

Après plus d’un an, le géant de l’aviation Boeing sera autorisé à reprendre les livraisons de ses avions 787 Dreamliner « dans les prochains jours », après que la société a apporté des modifications à son processus de fabrication, ont annoncé lundi les autorités américaines chargées de la sécurité aérienne.

Les livraisons du gros porteur le plus vendu sont interrompues depuis le printemps 2021, la nouvelle sera donc bien accueillie par les compagnies aériennes et les voyageurs américains qui ont subi des retards massifs et des vols annulés ces dernières semaines, en partie à cause de la pénurie d’avions.

« Boeing a apporté les modifications nécessaires pour que le 787 Dreamliner réponde à toutes les normes de certification », a déclaré l’Administration fédérale de l’aviation dans un communiqué.

Les problèmes de l’avion remontent à la fin de l’été 2020, lorsque la société a découvert des défauts de fabrication sur certains appareils. Boeing a ensuite identifié d’autres problèmes, notamment au niveau du stabilisateur horizontal.

Les difficultés ont réduit les livraisons entre novembre 2020 et mars 2021. Boeing a suspendu les livraisons plus tard, au printemps 2021, après que d’autres problèmes aient fait surface.

L’administrateur intérimaire de la FAA, Billy Nolen, a rencontré les inspecteurs de la sécurité en Caroline du Sud la semaine dernière pour confirmer qu’ils étaient satisfaits des améliorations apportées par la compagnie, qui ont été réalisées pour s’assurer qu’elles sont conformes aux normes et pour identifier les risques potentiels après la découverte de défauts sur l’avion.

Lire aussi:   Lancement en Inde du camion Ashok Leyland AVTR 3120 avec essieu relevable à double pneu

« La FAA inspectera chaque appareil avant qu’un certificat de navigabilité ne soit délivré et que la livraison ne soit autorisée », précise le communiqué. « Nous pensons que les livraisons reprendront dans les prochains jours. »

Un porte-parole de la société a déclaré à l’AFP que Boeing allait « continuer à travailler de manière transparente avec la FAA et nos clients pour reprendre les livraisons de 787 », mais n’a pas confirmé que la société avait reçu l’approbation finale de la FAA.

Lors d’une conférence téléphonique sur les résultats du 27 juillet, le directeur général Dave Calhoun a déclaré que la société était « sur le point » d’obtenir l’approbation, mais il a refusé de donner une date cible précise.

À la fin du mois de juin, Boeing avait 120 plans de Dreamliner en stock et produisait le jet « à des taux très bas », a déclaré la société dans un document.

Le cours de l’action de la société a gagné du terrain à la suite de cette nouvelle, clôturant en hausse de 0,5 %.

Lire aussi:   Nike rachète le fabricant de baskets virtuelles RTFKT dans le cadre de son projet Metaverse.

L’incapacité à livrer le Dreamliner a entraîné une baisse des bénéfices de Boeing, qui ont chuté de 67 % au deuxième trimestre. Et les changements de fabrication ont entraîné des milliards de dollars de coûts supplémentaires pour l’entreprise.

La société a livré un peu plus de 1 000 de ces plans depuis leur lancement en 2004.

L’examen réglementaire renforcé du 787 et d’autres projets de Boeing fait suite à une paire de crashs en 2018 et 2019 sur le 737 MAX, qui ont conduit à l’interdiction des avions dans le monde entier pendant plus d’un an.

Mais le MAX a depuis lors repris du service, ce qui a permis à Boeing d’accélérer la production des appareils, de percevoir des revenus significatifs et d’annoncer de nouvelles commandes importantes lors du salon aéronautique de Farnborough au début du mois.

Malgré cela, le carnet de commandes de Boeing est en retard sur celui de son grand rival Airbus.

Lire l’article Dernières nouvelles et Dernières nouvelles ici

Article précédentTommy Fleetwood sera à l’Acciona Open.
Article suivantJon Rahm hors du top 5 après trois ans