Accueil Sport Golf Arnaus, un eagle sur le dernier trou de l’Open

Arnaus, un eagle sur le dernier trou de l’Open

0

Son visage a changé et il a souri, saluant le public et le célébrant comme il se doit. Ce n’est pas tous les jours que l’on clôture ainsi sa participation à un Grand Chelem. Adri Arnaus a fait ses adieux à la 150e édition du British Open en signant un eagle-2 au 18e trou après un putt d’environ 15 mètres.

« Quelle finale, c’était la seule chose parce que quelle journée… » , a-t-il commenté à voix basse depuis Moià après avoir signé sa carte et salué son ami Pau Gasol.

Adri Arnaus, déclarations

Arnaus n’a pas amélioré ses positions dans le classement mais a terminé par ce coup de génie pour délivrer une carte à par (72) et 289 (+1) au total dans ce qui était sa deuxième britannique.

Le Catalan a souligné que cette finale était le « meilleur moment de la semaine. C’est quelque chose auquel on pense quand on est enfant, faire quelque chose de spécial sur ce dernier trou et nous en avons profité. La journée n’a pas été brillante, ce n’était pas le grand tour que je voulais mais c’est comme ça.

Lire aussi:   Haotong Li est le leader du BMW Open : "Pour être honnête, je n'ai pas..."

Mettre un putt de quinze mètres a eu un prix », a affirmé positivement Adri dans la zone mixte. Le professionnel qui vit à mi-chemin entre Dubaï et Gérone, et qui va maintenant profiter d’une pause de plusieurs semaines – entre autres pour préparer le tournoi « Fans de Adri Arnaus » au golf de Moià – « pour recharger ses batteries », a reconnu qu’il quitte l’Open « avec un sac à dos plein d’enseignements ».

Adri a tiré des conclusions positives de l’Open. « Il faut peaufiner plusieurs choses pour être plus haut dans ce type de tournoi. Mon sentiment est que mon jeu est fait pour des parcours aussi préparés et dans des conditions extrêmes, avec des drapeaux peu crédibles.

Avec du vent, ce serait jouer de manière épicée et c’est un style de golf différent », a-t-il ajouté. Arnaus s’échappe toujours vers ces terrains en Ecosse pour les entraîner « car ils ne sont pas dans l’ADN espagnol ». Aujourd’hui, il s’envole vers la Catalogne.

Lire aussi:   John McEnroe : Je ne suis pas du genre à remettre en question les choix de Novak Djokovic

« Maintenant, je dois me reposer et je serai de retour à la fin du mois d’août pour le Masters européen de Crans, le PGA de Wentworth et les tournois en Espagne », conclut-il. Pour l’heure, il cherche toutefois à intégrer le top 50 du classement mondial à la fin de l’année pour se garantir une invitation au Masters d’Augusta 2023.

Article précédentViktor Hovland : « Être à l’Open est spécial »
Article suivantRichard Green triomphe dans le Legends Tour