Accueil Dernières minutes Sport Andy Murray : je regrette de ne pas avoir participé l’année dernière

Andy Murray : je regrette de ne pas avoir participé l’année dernière

0

La peur de manquer une autre grande occasion a ramené Andy Murray à Glasgow pour les finales de la Coupe Davis par Rakuten. Le triple champion du Grand Chelem et pilier du triomphe de la Grande-Bretagne en Coupe Davis en 2015 a admis avant le premier match du Groupe D contre les États-Unis que le fait de regarder l’action de loin en 2021 lui a fait penser qu’il avait fait une erreur en ne les rejoignant pas à Innsbruck et à Madrid.

Un an après, et se sentant plus en forme qu’il ne l’a été depuis longtemps, il n’aura pas peur de manquer une autre grande occasion, quel que soit son rôle cette semaine. « Je regrette de ne pas y avoir participé l’année dernière », a déclaré Murray, dont la seule apparition en Coupe Davis depuis 2016 a eu lieu lors de la finale 2019.

« À la fin de l’année dernière, j’étais fatigué et je n’étais pas sûr que c’était quelque chose dans lequel je voulais nécessairement rester impliqué, parce que tous ces gars méritent de jouer et de concourir dans l’équipe, et je me suis demandé si c’était nécessaire pour moi d’être là. »

« Mais dès que j’ai mis les jeux pour commencer à les regarder, je me suis dit, qu’est-ce que je fais, c’est une erreur. Je voulais être là, être là pour l’équipe et essayer d’aider. J’en ai parlé à Leon, et j’ai dit que si j’étais assez en forme pour être sélectionné, je voulais faire à nouveau partie de l’équipe », a poursuivi le tennisman écossais.

« Physiquement, je me sens vraiment bien en ce moment. Je ne m’étais pas senti aussi bien depuis longtemps. Je veux que cela reste ainsi le plus longtemps possible pour pouvoir continuer à progresser, à avancer, car mon jeu s’améliore aussi de jour en jour », dit-il.

Le fait que son retour au bercail coïncide avec le retour de la Grande-Bretagne à Glasgow, théâtre de tant de moments spéciaux en Coupe Davis dans un passé pas si lointain, est un bonus supplémentaire. Murray et Dan Evans, vétérans des équipes de 2015 et 2016 qui ont disputé des matchs électrisants à l’Emirates Arena, n’ont que de bonnes choses à dire sur le lieu de la semaine.

Lire aussi:   BMW, Patrick Cantlay prend 2,7 millions de dollars

« La victoire dont je me souviens est celle de Jamie et Andy contre les Australiens Sam Groth et Lleyton Hewitt », a déclaré Evans, qui sera en concurrence avec Murray pour la deuxième place dans l’équipe derrière le numéro 8 mondial Cameron Norrie.

« Dans l’ancien format, il y avait toujours plus d’ambiance le samedi, quand il n’y avait qu’un seul match, et c’est quelque chose dont je me souviens très bien, c’était une ambiance incroyable, incroyable », a apprécié Evans.

Des souvenirs particuliers Murray est d’accord avec Evans sur l’atmosphère particulière des demi-finales de 2015. « Il y a celui-là, et le match de James Ward avec John Isner (du premier tour 2015 contre les États-Unis) était un match incroyable. »

« Mon match contre l’Argentin Juan Martin del Potro que j’ai perdu en cinq sets en 2016 était aussi une ambiance incroyable. C’était un bon match à regarder, mais un match difficile à perdre. Mais il y en a eu beaucoup, et nous avons eu la chance de jouer tant de matchs dans une si bonne ambiance contre des joueurs de haut niveau…..

Ce n’est pas toutes les semaines que l’on peut vivre ce genre d’expérience sur le circuit ». Le décès récent de la reine Elizabeth II va atténuer la bonne humeur traditionnelle de Glasgow cette semaine. Les quatre équipes ont pris part à un hommage sur le terrain avant que le Kazakhstan et les Pays-Bas ne se rencontrent dans le premier match de la poule D mardi.

Lire aussi:   Tiger Woods, première apparition à la télévision à l'âge de trois ans

« De toute évidence, la semaine a été très difficile pour notre nation », a déclaré le capitaine Leon Smith. « Cela a été très triste et un moment très poignant pour nous tous. Mais je pense que c’est une occasion où nous pouvons faire quelque chose de spécial ici. »

« Je pense que beaucoup de fans aimeraient se réunir en ce moment, et je pense que cela se fera avec beaucoup de respect. Et ce sera un hommage positif, à la fois en tant qu’événement et en tant que représentation de la Grande-Bretagne : c’est une occasion pour nous d’aller faire quelque chose pour notre nation à nouveau », a-t-il ajouté. Bienvenue dans le dilemme des doubles Pour sa part, M. Smith apprécie les difficultés de sélection auxquelles il est confronté cette semaine, et il a hâte que cela devienne la norme en Grande-Bretagne.

Le fait que Murray, actuellement classé 43e au monde, soit le joueur le moins bien classé de l’équipe est une mesure de la force dont il dispose, et même si le numéro un mondial du double Joe Salisbury et le numéro trois Neal Skupski viennent de s’affronter en finale de l’US Open, l’équipe a testé des combinaisons de joueurs pour ce qui pourrait être des affrontements cruciaux en double cette semaine.

« Nous avons un départ difficile demain, donc nous ne regardons pas au-delà », a ajouté Smith, en pensant au premier match contre les États-Unis.

« C’est un grand groupe de joueurs, mais c’est aussi un grand groupe de personnes. Et il y en a d’autres qui auraient pu être là aussi. Je ne dis pas que c’est génial que ce soit comme ça maintenant, parce que nous aurions probablement dû être aussi forts il y a longtemps. Mais maintenant la situation est propice et c’est quelque chose sur lequel on peut s’appuyer.  »

Article précédentCarlos Alcaraz révèle les clés de sa victoire à l’US Open
Article suivantGuerre entre Lee Westwood et Gordon Armstrong : Ne vous laissez pas entraîner par Twitter