Accueil Sport Golf Ana Peláez : « Tout passe par la tête »

Ana Peláez : « Tout passe par la tête »

0

Il l’a dit sur son Instagram le 2 avril :  » Les résultats ne sortent pas. C’est le moment de respirer, d’analyser et de continuer à faire confiance. Le travail est là.  » Sept jours plus tard, cette confiance dans le jeu lui-même a porté ses fruits. Et en majuscule.

Ana Peláez (Málaga, 1998) est l’impressionnante reine du Comunidad de Madrid Ladies Open après avoir  » battu  » le record à la  » Casa Club  » du Royal Automobile Club d’Espagne et un merveilleux dimanche après lequel elle assiste à MARCA.

Elle est présente, future… Et avec un rêve : que la Solheim Cup 2023 à Finca Cortesín vive avec sa magie du tee.

Ana Peláez, déclarations

Ana Peláez est un pur talent pour le golf, mais elle rejoint également une équipe qui forme l’un des athlètes les plus talentueux et charismatiques.

Avec Turismo Costa del Sol, Reale, le programme Pro Spain Team de la Fédération espagnole de golf, Galpe Seguros, Ford Garum Motor, Wiemspro et SdCGolf, la Malaguène grandit et poursuit son travail non négociable avec son entraîneur Sergio de Céspedes et Óscar del River dans la partie mentale.

Lire aussi:   Casper Ruud fait l'éloge de Novak Djokovic après sa 1000e victoire professionnelle

« Tout passe par ma tête. Non seulement l’effort quotidien, mais aussi celui de l’équipe qui m’entoure et de ma famille. Il ne s’agit pas seulement de ma victoire. L’horloge fonctionne à nouveau. Tous les rouages sont bien placés et depuis mon arrivée à Madrid, nous avons tout bien fait.

Nous avons étudié le parcours à la perfection, nous savions comment agir à tout moment et cela a fait que mon énergie est restée intacte jusqu’au dernier trou. S’il commençait à attaquer, il délogerait les autres. Je le savais et ce serait la clé pour gagner le tournoi.

J’y suis allé avec une mentalité agressive et le jeu s’est bien déroulé pour moi. Le birdie-par-birdie m’a donné un avantage décisif. Je veux gagner. Toujours gagner. Maintenant plus que jamais. Nous sommes à un très bon niveau de jeu et nous savons que nous pouvons être là-haut, si l’esprit et le corps travaillent, il y a beaucoup de possibilités d’être là-haut.

Lire aussi:   Annacone : C'est pourquoi Rafael Nadal est si spectaculaire.

« J’ai eu un nid de poule, mais j’ai dû le surmonter à ce moment-là. J’ai appris de ce que j’ai ressenti et cela m’a aidé à valoriser les choses que j’ai maintenant. Nous suivrons le calendrier du Ladies European Tour, avec des compétitions en France.

Nous rentrerons à la maison, et ensuite, avec la carte du circuit européen, nous chercherons à atteindre la plus haute division. Sur le plan physique, nous lui donnons beaucoup de « canne » et nous continuons à travailler dur pour frapper plus longtemps et mieux.

Et en ce qui concerne les aspects techniques, nous cherchons à tout renforcer, avec un peu plus de fluidité. Avoir tout « sous contrôle » n’aide pas toujours. Oui. Le « Covid » est passé et nous sommes à la mode. Un travail fantastique est en train d’être fait, la fédération continue à travailler et il y aura d’autres noms dans le golf espagnol. Surtout pour la passion qui nous caractérise »

Article précédentSuper Golf League, la liste des noms s’allonge
Article suivantLa Russie propose un dialogue aux États-Unis « professionnelle et non politisée » sur la sécurité informatique