Accueil Dernières minutes L'International Amnesty International dénonce l’échec  » catastrophique  » des pays riches à fournir...

Amnesty International dénonce l’échec  » catastrophique  » des pays riches à fournir un accès équitable aux vaccins contre l’IDVID-19

0

Seuls 7 % de la population des pays à faible revenu ont reçu une dose unique.

Paris, 31 déc. (Cinktank.com) –

Amnesty International (AI) a déclaré vendredi que les pays riches et les entreprises pharmaceutiques ont échoué de manière « catastrophique » à garantir un accès équitable aux vaccins contre le SIDA-19 cette année, tout en se plaignant d’avoir laissé « des milliards de personnes sans médicaments vitaux ».

Malgré les appels répétés d’organisations telles qu’AI et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour qu’au moins 40 % des habitants des pays à revenu faible et moyen inférieur soient vaccinés d’ici 2021, les pays riches et les entreprises pharmaceutiques ont continué à « ignorer » ces appels, a déclaré AI.

La secrétaire générale de l’ONG, Agnès Callamard, a fait remarquer que « malgré le fait que le monde ait produit environ 11 milliards de doses de vaccins, seuls 7 % de la population des pays à faible revenu ont reçu une seule dose ».

M. Callamard a souligné que si de nombreuses personnes dans les pays riches ont reçu jusqu’à trois doses, beaucoup d’autres dans les pays plus pauvres n’en ont reçu aucune, ce qui révèle une « sombre réalité ». « Certaines vies sont considérées comme méritant davantage d’être sauvées que d’autres », a-t-il ajouté.

« Pourquoi les pays les plus pauvres se voient-ils refuser l’accès à des médicaments vitaux alors que les pays riches conservent des piles de vaccins inutilisés ? », a-t-il interrogé, notant que la fin de l’année était « vraiment dévastatrice ».

Il a également souligné que l’apparition de la variante omicron du SRAS-CoV-2 « devrait servir d’avertissement » aux pays riches et aux entreprises pharmaceutiques, « qui n’ont pas abordé la pandémie au niveau mondial ».

« Le fait de ne pas vacciner tout le monde, quel que soit l’endroit où l’on vit, rend l’ensemble de la population mondiale vulnérable aux nouvelles variantes », a-t-il déclaré, avant de souligner que « la seule façon de briser ce cercle vicieux est de faire en sorte que tout le monde ait accès aux vaccins. »

Lire aussi:   Une commission du Capitole affirme que Trump a participé à une "conspiration criminelle" pour truquer les élections.

Le secrétaire général d’Amnesty International a déclaré que l’organisation espérait que la pression internationale aiderait les pays riches et les grandes entreprises pharmaceutiques « à revenir à la raison, à cesser d’accumuler des vaccins et à partager les droits de propriété intellectuelle ».  » Mais la cupidité a eu raison d’eux, a-t-il déploré. « Espérons que leurs résolutions du Nouvel An incluent le respect de leurs promesses et la garantie que chacun ait la possibilité de se faire vacciner », a-t-il ajouté.

« Si des mesures draconiennes ne sont pas prises maintenant, le COVID-19 continuera à faire des ravages dans les années à venir et la question clé est de savoir ce qui se passera si de grandes parties du monde ne sont pas vaccinées », a-t-il ajouté. « Il n’a jamais été aussi clair que personne n’est en sécurité tant que tout le monde ne l’est pas », a-t-il ajouté.

Cette année, les dirigeants mondiaux ont fait de nombreuses promesses concernant le partage des vaccins, mais ils n’ont pas tenu leurs promesses « à maintes reprises », a déclaré AI. En juin, le sommet du G7 s’est engagé à partager un milliard de doses d’ici à la fin de 2021, mais les rapports indiquent que cet objectif ne sera pas atteint.

En septembre, le président des États-Unis, Joe Biden, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se sont engagés à donner 900 millions de doses supplémentaires aux pays à revenu faible et moyen inférieur d’ici à septembre 2022. « Si cette initiative est bienvenue, les pays les plus pauvres ont besoin de vaccins dès maintenant », a réaffirmé l’ONG.

LE RÔLE DES PRODUITS PHARMACEUTIQUES

Les entreprises pharmaceutiques « n’ont pas non plus été à la hauteur », selon AI, qui explique que le géant pharmaceutique américain Pfizer a affirmé de manière « trompeuse » que son vaccin serait « disponible pour tous les patients, pays et communautés qui souhaitent y avoir accès », alors qu’en réalité, il a livré la grande majorité de ses vaccins aux pays à revenu élevé et moyen supérieur.

Lire aussi:   Les Huthis confirment l'arrivée de deux navires de carburant à Hodeida après le début de la trêve yéménite

Son rival, Moderna, bien qu’il n’ait pu développer son vaccin qu’avec le soutien de scientifiques du gouvernement américain et d’énormes aides financières, a également donné la priorité aux ventes aux pays riches. Les deux entreprises livrent toujours moins d’un pour cent de leurs stocks aux pays à faible revenu.

Ce qui est grave pour AI, c’est qu’en outre, Moderna et Pfizer, ainsi que d’autres fabricants de vaccins – AstraZeneca et Johnson & Johnson – ont refusé de soutenir des mesures qui permettraient de lever temporairement la protection de la propriété intellectuelle et de partager la technologie des vaccins avec d’autres fabricants dans le monde afin de permettre une augmentation de la production mondiale.

« Toutes les entreprises ont la responsabilité de respecter les droits de l’homme », a insisté l’ONG, expliquant que cette responsabilité signifie avant tout que les entreprises ont le devoir de « ne pas nuire ».

« S’ils se rendent compte qu’ils sont à l’origine de violations des droits de l’homme, ils doivent immédiatement mettre fin à leurs actions préjudiciables et fournir un recours », a-t-il ajouté. Ce devoir est une norme de conduite largement reconnue, contenue dans les Principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme et dans les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales.

« Mais, par leurs actions et leurs omissions, les fabricants de vaccins ont finalement porté atteinte aux droits humains des milliards de personnes qui n’ont pas accès au vaccin COVID-19 ou ont contribué à cette atteinte », a-t-il réaffirmé.

Article précédentTaiwan qualifie de « violation flagrante » la décision du Nicaragua de remettre ses biens diplomatiques à la Chine.
Article suivantAnnée Ender 2021 : de Priyanka Chopra Jonas à Deepika Padukone, les actrices les mieux habillées de cette année