Accueil Dernières minutes Sport Yulia Putintseva : « Sur la piste, je suis comme un gangster, mais...

Yulia Putintseva : « Sur la piste, je suis comme un gangster, mais en dehors, je suis un ange ».

0

Sur le Court 2, dans l’enceinte du Foro Italico, le spectacle de Yulia Putintseva bat son plein. Elle tire un coup gagnant de nulle part et pompe son poing comme si elle faisait tourner une tondeuse à gazon.

Elle s’engage à nouveau dans un échange avec une défense absurde, mais lorsqu’elle décroche le coup droit le plus facile qu’elle ait jamais eu, elle fait rebondir la raquette au-dessus de sa tête, incrédule. Et lorsqu’elle bat finalement Kaja Juvan 7-5, 4-6, 7-5 en 3 heures et 6 minutes après avoir sauvé deux balles de match, elle laisse tomber sa raquette, s’arrête pour laisser le moment s’installer, puis pousse un grand cri de « Force ! » « Je suis comme un gangster sur le court, mais comme un ange en dehors du court », dira plus tard Putintseva.

Les personnes qui la connaissent disent le plus souvent d’elle qu’elle est « vraiment différente dans la vraie vie ». En effet, elle est douce, charmante et détendue, loin de la colère sur le court qui est devenue la favorite des fans pour ses exhortations en plusieurs langues et ses célébrations à l’emporte-pièce.

« Je le savais depuis que j’étais petite », dit Mme Putintseva à propos de son dédoublement de personnalité. Mon père avait l’habitude de me dire : « Yulia, tu te mets parfois trop en colère sur le terrain », mais elle aussi se mettait parfois en colère.

Nous étions tous les deux des personnages difficiles quand nous travaillions ensemble. Mais à l’extérieur, il y avait beaucoup d’amour et de temps pour se détendre. En fait, nous ne nous sommes jamais battus en dehors du terrain. Mais tout le temps sur le terrain. « Putintseva est consciente des mèmes et des gifs qu’elle inspire sur les médias sociaux, mais sa capacité à démontrer est entièrement instinctive.

Lors de sa victoire féroce sur Danielle Collins à l’Open d’Australie 2020, Putintseva s’est tournée vers un groupe particulièrement véhément de supporters de l’Américaine après avoir remporté un point et leur a fait une révérence fleurie et exagérée .

« Je vis le moment présent et je fais ce que je sens que je dois faire », dit-elle. Compte tenu du piquant de leur rencontre à Melbourne, les fans ont été surpris de découvrir que Putintseva et Collins faisaient équipe en double ce mois-ci.

Lire aussi:   Ian Poulter furieux contre le DP World Tour : "Cette fois, ils nous ont refusé..."

Il s’avère que leur amitié avait déjà précédé ce match, car deux personnalités similaires se sont attirées l’une vers l’autre : « Je l’aime », dit Putintseva. « C’est un personnage. Elle est aussi assez dure sur le terrain, mais elle se détend en dehors du terrain.

On a dîné ensemble quelques fois, elle est très amusante. En double, nous sommes toutes les deux là pour nous amuser et allumer notre feu » Les explosions de tête brûlante de Putintseva masquent également le cerveau froid qui est son principal atout en tant que joueuse.

Des marathons de trois heures pleins d’élans sont son territoire. Elle semble jouer une version du jeu de Juvan chaque semaine, et ce n’est pas seulement sa combativité mais aussi son sens aigu de la tactique qui l’aide à s’en sortir.

Cela l’a également aidée à mettre en place une carrière sous-estimée qui est soulignée, jusqu’à présent, par trois quarts de finale en Grand Chelem, deux titres WTA et des victoires sur Naomi Osaka, Aryna Sabalenka et Sloane Stephens.

La quantité de planification stratégique que Putintseva fait avant ses matchs dépend de son adversaire. « Parfois je ne regarde pas, je viens juste jouer et voir dans certains matchs ce qu’ils essaient de faire, ce qu’ils peuvent faire, ce qu’ils ne peuvent pas faire.

Je fais moi-même ces tactiques sur le terrain. Parfois, quand c’est un adversaire très, très difficile, bien sûr que je regarde. Je vois où ils ont des forces et où ils n’en ont pas, et je me concentre là-dessus ». Contre Juvan, elle entraîne le Slovène dans un rallye en boule de lune, puis en sort une en l’air pour une volée gagnante.

Encore et encore, elle injecte du rythme directement aux pieds de Juvan. Et sur la balle de match, elle a utilisé tous les aspects des conditions pour l’aider. « J’étais dans le vent et je bougeais bien », dit Putintseva.

Je me suis dit : « Bon, si elle veut gagner le match, elle doit frapper un gagnant » et elle était assez serrée. Nous sommes tous tendus dans ces moments-là, mais avec mon expérience, je pensais que ce serait difficile pour elle de frapper un gagnant.

Lire aussi:   Rafael Nadal : je suis heureux de rentrer chez moi

Et c’était le cas ». Ce mensonge trouve son origine dans une enfance passée à affiner ses compétences dans les jeux stratégiques et à exceller en mathématiques à l’école. « Quand j’étais enfant, mon père engageait un professeur pour les échecs et les jeux de cartes russes comme le Durak. [Stupid in English] et Preferans, tous ces jeux où il faut réfléchir.

J’ai beaucoup aimé et ça m’aide beaucoup maintenant sur le terrain. Je ne fais pas deux mètres de haut. Je dois jouer intelligemment, je dois être dans les bonnes positions, et les jeux de mon enfance m’ont beaucoup aidé. « En fait, je joue toujours beaucoup aux échecs.

Je le joue en ligne. C’est drôle, la dernière fois que j’ai joué, les gens ont dit que j’avais des tactiques très agressives ». Putintseva croit fermement qu’il faut utiliser ce qu’on a. « Tout me motive », dit-elle. « Je veux montrer à tout le monde.

Au début de ma carrière, je suis sûr qu’en Russie, c’était assez difficile. Ils ont dit que j’étais trop petit, trop agressif, trop ceci, trop cela. Eh bien, regardez-moi maintenant » « Mais je ne pense pas à eux.

Je plains les enfants qui sont jeunes et talentueux, mais de petite taille, et qui n’ont personne pour croire en eux. Je pense qu’il est important de réaliser que peu importe que l’on soit petit, grand, gros, petit, on peut réussir.

À 27 ans, après près d’une décennie de tournées, Putintseva s’adoucit peut-être, juste un peu. Il n’est pas certain qu’elle cesse complètement d’exprimer ses émotions, mais il est remarquable que contre Juvan, sur la balle de match, elle ait fait un visage impassible alors qu’elle préparait son évasion.

Elle admet que les choses ont changé depuis son adolescence. « En juniors, j’étais pressé. J’étais sauvage, trop de feu. Maintenant, je me contrôle davantage. Dans les moments importants, je me calme. Je comprends ce que je dois faire. »

Mais le feu intérieur reste intact et ses rêves restent grands. « J’espère pouvoir gagner un Grand Chelem un jour », dit-elle. « C’est mon objectif. C’est ce que je pense pouvoir faire. Je travaille pour ça tous les jours. Si je ne peux pas, je veux au moins faire de mon mieux. »

Article précédentEmma Raducanu : Je me décrirais comme une personne solitaire.
Article suivantLópez Obrador menace de ne pas assister au Sommet des Amériques si les États-Unis n’invitent pas tous les pays.