Accueil Dernières minutes L'International Vingt blessés dans des affrontements entre des « normalistas » et la Garde nationale...

Vingt blessés dans des affrontements entre des « normalistas » et la Garde nationale au Mexique.

0

Paris, 6 févr. (Cinktank.com) –

Au moins vingt étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa ont été blessés dans des affrontements avec la Garde nationale lors d’une manifestation au cours de laquelle ils ont coupé un péage sur l’Autopista del Sol pour exiger l’apparition des 43 étudiants de l’école disparus à Iguala en 2014.

Les normalistas ont défilé pacifiquement ce samedi et ont tenu un acte à l’anti-monument aux 43 disparus, où ils ont dénoncé que lors de la confrontation qui s’est produite vendredi au péage de Palo Blanco avec la Garde nationale et la police d’État, 20 de leurs camarades ont été blessés et trois d’entre eux sont hospitalisés, l’un d’entre eux ayant un pronostic grave après avoir reçu un coup à la tête.

Le gouvernement de l’État a fait état de 22 blessés, dont 14 agents de la Garde nationale et 8 policiers de l’État, ainsi que de dégâts matériels. Lors de leur affrontement avec les forces de sécurité, les « normalistas » ont enfoncé une remorque dans un module d’information touristique situé près du poste de péage.

Lire aussi:   Le Japon atteint un nombre record d'infections pour le quatrième jour consécutif et compte désormais plus de 2,5 millions d'infections

Les dirigeants du Normal de Ayotzinapa ont assuré que la rixe a pris naissance lorsque la Garde nationale a déclenché l’agression. « Nous avons seulement répondu avec ce que nous avions sous la main », a argumenté un porte-parole.

En outre, les étudiants ont exhorté les forces de sécurité à lutter contre la criminalité qui a terrorisé les citoyens de nombreuses régions du Guerrero, au lieu de garder les postes de garde. « Il ne sert à rien d’avoir de nombreuses forces de sécurité si elles ne servent qu’à réprimer la population, les organisations sociales et les étudiants », ont-ils reproché.

« Nous ne sommes pas des vandales, si nous protestons c’est parce que nous voulons que le gouvernement obtempère en remettant nos 43 camarades disparus à Iguala », a-t-il réaffirmé.

Les 43 étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa, dans l’État de Guerrero, ont disparu aux premières heures du 27 septembre 2014 dans la municipalité voisine d’Iguala, lors d’une manifestation contre les autorités locales.

Lire aussi:   Biden assure Zelenski d'une "réponse rapide et décisive" à l'agression en Ukraine

La première version officielle était qu’ils avaient été surpris par l’organisation criminelle Los Rojos, dans le cadre d’un règlement de comptes entre groupes rivaux, et que des tueurs à gages les avaient tués et incinérés avant de se débarrasser de leurs restes dans la décharge de Cocula, faits démentis par la suite par une nouvelle enquête.

La Commission pour la vérité et l’accès à la justice dans l’affaire Ayotzinapa a révélé en octobre dernier que l’armée mexicaine disposait d’informations sur cette affaire depuis 2014, comme l’ont dénoncé les familles des victimes, et qu’elles n’ont pas été remises malgré un décret présidentiel de 2018 l’obligeant à le faire.

Article précédentL’Union africaine suspend la discussion sur le statut d’observateur d’Israël
Article suivantZelensky aborde la situation en Ukraine avec le président du Conseil européen