Accueil Dernières minutes Un cadet des garde-côtes expulsé poursuit la politique d’interdiction des parents

Un cadet des garde-côtes expulsé poursuit la politique d’interdiction des parents

0

Un ancien cadet qui a été exclu de l’Académie des garde-côtes des États-Unis après être devenu père a intenté un procès fédéral mercredi pour contester la politique de l’école qui interdit aux étudiants d’être parents.

Isaak Olson était à deux mois de sa sortie de l’académie en 2014, avec un diplôme en génie mécanique et une commission d’officier, lorsqu’il a révélé que sa fiancée avait donné naissance à leur premier enfant plusieurs mois auparavant, selon la plainte déposée devant le tribunal de district américain du Connecticut.

L’académie a expulsé Olson en vertu d’un règlement qui exige que les cadets démissionnent ou soient désinscrits s’ils subissent une obligation parentale à la suite d’une grossesse de plus de 14 semaines, selon l’action en justice.

La décision de devenir parent est profondément personnelle, et aucune école ni aucun emploi ne devrait pouvoir interférer avec ce choix, a déclaré dans un communiqué Elana Bildner, avocate de l’ACLU du Connecticut représentant M. Olson. Le règlement archaïque de l’Académie des garde-côtes des États-Unis, qui oblige les cadets à choisir entre la parentalité et leurs diplômes, est moralement incorrect et inconstitutionnel depuis sa création.

L’interdiction a été introduite à la fin des années 1970, juste après que l’académie ait commencé à admettre des femmes, a déclaré Bildner.

Lire aussi:   Lancement du Samsung Galaxy S21 FE 5G avec des caractéristiques phares à 54 999 roupies : caractéristiques complètes, offres de lancement et tous les détails.

Olson a appris la grossesse de sa fiancée en avril de sa première année, selon le procès. Elle a décidé de ne pas avorter et il a décidé de ne pas démissionner car cela aurait permis à l’académie de récupérer le coût de son éducation, estimé à 500 000 dollars, selon l’action en justice.

Sa fiancée a accouché en août 2013. Olson a révélé qu’il avait un enfant lors d’une demande de contrôle de service en mars 2014, ce qui était la première fois qu’il était interrogé sur les personnes à charge, selon la poursuite.

Le couple, dans le but de résoudre l’affaire et de lui permettre d’obtenir son diplôme, a fait retirer les droits parentaux d’Olson, selon ses avocats. Le couple est maintenant marié et a deux enfants, selon le procès.

Il n’a jamais été entendu et a été exclu de l’académie, selon l’action en justice. Il a décidé d’intenter une action en justice après avoir suivi une longue procédure administrative pour tenter de faire rétablir son statut, a déclaré M. Bildner.

Olson s’est engagé dans les garde-côtes peu après son expulsion et est actuellement technicien de maintenance aéronautique stationné en Alaska. Il réclame sa commission et des arriérés de salaire dans le cadre de cette action en justice. L’académie n’a finalement pas cherché à récupérer le coût de son éducation.

Lire aussi:   Le conseil d'administration du CSD approuvera lundi les statuts de la première ligue professionnelle de football féminin.

Olson et sa famille reçoivent environ 3 000 $ de moins par mois que ce qu’ils auraient reçu s’il avait obtenu sa commission d’officier, selon la poursuite.

L’affaire devrait avoir des répercussions dans d’autres académies de service, qui ont des politiques similaires, selon l’ACLU.

Nous pensons que de telles interdictions sont erronées pour toutes les académies de service militaire et que les académies devraient les supprimer de leurs règlements », a déclaré Linda Morris, avocate à l’ACLU Womens Rights Project.

Un projet de loi présenté cet été au Sénat américain par le sénateur Ted Cruz, un républicain du Texas, et la sénatrice Kirsten Gillibrand, une démocrate de New York, imposerait la fin des politiques qui obligent les étudiantes des académies militaires à retirer ou à abandonner leurs enfants si elles tombent enceintes.

Cette politique est injuste, archaïque et inacceptable, avait déclaré Cruz à l’époque.

Selon le projet de loi, les académies militaires traiteraient les grossesses comme le reste de l’armée.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les nouvelles de dernière minute et les nouvelles sur le coronavirus ici.

Article précédentUn cadet des garde-côtes expulsé poursuit la politique d’interdiction des parents
Article suivantPaige Spiranac, les serviettes de golf pour Noël