Accueil Sport Golf Tiger Woods : « LIV ? Ils ont tourné le dos »

Tiger Woods : « LIV ? Ils ont tourné le dos »

0

Rendez-vous avec l’histoire à St Andrews, en Écosse, pour la 150e édition de l’Open. De demain au 17 juillet en Écosse et sur le Old Course, le plus vieux parcours du monde, ce sera un spectacle de défis dans le quatrième et dernier Major masculin de 2022.

De Scottie Scheffler, numéro 1 mondial, à Tiger Woods, de Jon Rahm à Collin Morikawa, champion en titre.

Tiger Woods, déclarations

Les grands du green s’affrontent dans la maison du golf dans un événement clé qui verra également trois bleus dans la compétition : Francesco Molinari (le Turinois a signé le triomphe en 2018), Guido Migliozzi et l’amateur Filippo Celli, sur le terrain grâce à l’exploit dans le Championnat européen amateur.

A la clé, une cagnotte de 14 millions de dollars (la plus élevée de l’histoire de la compétition, dont 2 500 000 iront au vainqueur) et le Claret Jug. 290 000 spectateurs sont attendus en Ecosse. Un record qui dépasse celui de 2000 où 239 000 personnes s’étaient pressées sur le temple du green pour assister à la première édition de Seal in the Woods.

Le phénomène américain va tenter de devenir le premier golfeur à conquérir le spectacle trois fois à St. Andrews. Environ 20% des billets ont été vendus à des enfants de moins de 25 ans, tandis que 20 000 billets ont été donnés gratuitement aux moins de 16 ans. Ce pourrait être le dernier The Open, à St.

Lire aussi:   Mark Radetic, moment viral avec Tiger Woods

Andrews (qui accueille le plus ancien des championnats majeurs pour la 30e fois), pour Woods. « Être ici est fantastique dans ce qui peut sans doute être considéré comme le plus grand The Open de tous les temps », s’enthousiasme Tiger. Pour un événement au-delà du résultat qui verra dans la course les fidèles du PGA Tour et du DP World Tour, mais aussi les rebelles de l’Arab Super League – de Phil Mickelson à Dustin Johnson, de Brooks Koepka à Bryson DeChambeau – à qui Woods a réservé un coup de gueule.

« Ils ont tourné le dos à ceux qui ont fait d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui ». Dans une interview accordée à l’ANSA, Chicco Molinari a admis que « l’affaire est en train de créer des tensions et une animosité qui n’ont jamais existé auparavant. »

Mais les controverses continuent d’être à l’ordre du jour. Greg Norman, PDG de LIV Golf qui lui a fait gagner l’Open en 1986 et 1993, a été exclu (par le R&A) des célébrations et du dîner des champions. « Un acte mesquin », accuse l’Australien.

Lire aussi:   Nick Saban avec Ken Griffey et Tiger Woods

Tout cela alors que le département américain de la Justice a ouvert une enquête pour faire la lumière sur « tout comportement anticoncurrentiel du PGA Tour envers ses membres » Woods pour l’histoire, Scheffler pour la légende. Le numéro 1 mondial rêve d’imiter le Californien, le dernier à avoir remporté le Masters et l’Open (à St.

Andrews) en 2005. « Le secret de la réussite ? Éviter les 112 bunkers du parcours, comme Tiger l’a fait en 2000. Aujourd’hui encore, je me demande comment il a fait. Je suis impatient d’entrer sur le terrain et je ne ressens pas de pression, j’aime ces défis », charge Scheffler.

Un The Open en vue de la Ryder Cup 2023. Parmi les anciens vainqueurs de la compétition, on compte également Henrik Stenson et Zach Johnson, respectivement à la tête de l’équipe d’Europe et de l’équipe américaine lors de la Ryder Cup 2023 à Rome.

L’Américain a soulevé la coupe Claret vers le ciel en 2015, un an avant le Suédois, qui a marqué en 2016. À St. Andrews, l’heure est aux champions dans le théâtre de rêve du green où la course au Claret Jug est prête à commencer, sur fond de polémiques et de poisons.

Article précédentOld Course, L’Open pour la trentième fois
Article suivantPhil Mickelson est d’accord avec St. Andrews