Accueil Dernières minutes Star Alliance souhaite que la moitié de ses compagnies aériennes membres utilisent...

Star Alliance souhaite que la moitié de ses compagnies aériennes membres utilisent la biométrie d’ici 2025

0

Star Alliance, la plus grande alliance de compagnies aériennes au monde, souhaite qu’environ la moitié de ses 26 membres utilisent la technologie biométrique d’ici 2025, en raison de la demande croissante des passagers pour des voyages sans contact et une réduction de la congestion des aéroports après le COVID-19. En augmentant le nombre de points de contact dans les aéroports où les passagers peuvent utiliser la technologie biométrique, comme la comparaison faciale qui permet à quelqu’un d’utiliser son visage comme carte d’embarquement, Star Alliance espère réduire le temps de traitement à la sécurité des aéroports, au dépôt des bagages, aux portes d’embarquement et dans les salons.

Le groupe souhaite que 12 à 15 compagnies aériennes, soit environ le double du nombre actuel, utilisent sa stratégie biométrique ou assurent la compatibilité, a déclaré Christian Draeger, vice-président de l’expérience client.

Outre les compagnies aériennes, Star Alliance espère également que les quatre aéroports européens participant à son programme de biométrie ajouteront des points de contact supplémentaires et augmenteront le nombre d’aéroports participants.

Lire aussi : Les contrôleurs aériens français en grève à partir du 16 septembre

« Nous devrons certainement nous diriger vers une participation de la moitié de nos transporteurs », a-t-il déclaré. « Mais dans le même temps, nous devons également accroître le réseau d’aéroports participants ». C’est la première fois que l’alliance, qui coordonne des services et des projets tels que l’infrastructure numérique pour ses membres, définit un objectif spécifique, a déclaré M. Draeger à Reuters.

Lire aussi:   Tesla freine son projet d'usine de batteries électriques en Allemagne : rapport

Mouvement de l’industrie du voyage aérien

Bien qu’il ne soit pas contraignant, cet objectif fait écho aux efforts déployés par le secteur privé pour valider les identités dans des voies réservées avant les points de contrôle de sécurité. Des entreprises telles que Clear Secure permettent aux passagers ayant payé leur adhésion à un aéroport d’utiliser leur technologie biométrique au lieu de leur carte d’identité.

Cette décision intervient alors que des experts mondiaux discutent à Montréal, lors d’un symposium des Nations unies sur l’aviation qui se termine jeudi, de l’utilisation plus large de la biométrie pour remplacer en toute sécurité les documents de voyage traditionnels.

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) des Nations unies établit des normes sur tous les sujets, du marquage des pistes aux enquêtes sur les accidents, qui sont généralement adoptées par ses 193 pays membres.

Mais l’utilisation de la biométrie dans les voyages varie d’une région à l’autre en raison de règles différentes en matière de protection de la vie privée et du manque d’expertise technique de certains pays, ce qui rend la technologie plus difficile à introduire.

Lire aussi:   Le PDG de Volkswagen prévoit une amélioration de l'approvisionnement en semi-conducteurs et une reprise de la production

Au cours des trois prochaines années, 38 % des aéroports prévoient de mettre en place un jeton biométrique, tel qu’un visage, qui permettra aux passagers de passer tous les points de contrôle, contre 3 % il y a un an, selon un rapport de SITA, spécialiste des communications et de l’informatique dans le domaine du transport aérien, pour 2021. United Airlines, membre de Star Alliance, a déclaré qu’elle cherchait des moyens de faciliter les voyages grâce à l’utilisation de la biométrie à plusieurs endroits de l’aéroport.

D’autres utilisations de la biométrie pour faciliter les déplacements se sont développées au fil du temps. Environ 80 % des États membres de l’OACI délivrent désormais des passeports électroniques, qui ont été lancés en 2004 et comportent des puces sécurisées avec les photos des voyageurs, a déclaré Christiane DerMarkar, responsable technique du programme d’identification des voyageurs de l’OACI, qui s’est exprimée lors du symposium. M. Draeger estime que lorsque la biométrie sera utilisée par au moins la moitié des voyageurs, « il sera possible d’en tirer des avantages considérables ».

Lire tous les Dernières nouvelles automobiles et Dernières nouvelles ici

Article précédentTest oculaire : Que voyez-vous, un homme ou une femme ?
Article suivantDéfi viral : Où se trouve le quatrième chaton camouflé sur la photo ? Seulement 5% ont pu le trouver