Accueil Sport Golf Ryder Cup 2023, les secrets des 18 trous

Ryder Cup 2023, les secrets des 18 trous

0

Entièrement rénové en 2021 pour accueillir l’Open d’Italie et, en 2023, la Ryder Cup, le Marco Simone Golf & Country Club est au centre de l’attention non seulement d’un point de vue italien, mais aussi sur la scène mondiale.

Un terrain extrêmement compétitif sera mis en scène sur les 18 trous (par 71) que nous allons maintenant découvrir.

Ryder Cup, parcours

HOLE 1 (par 4, 407 mètres) : il est situé au milieu du parcours, et a une légère droite-gauche avant d’atteindre le green, où une partie importante est le positionnement du drapeau.

Il y a deux possibilités : jouer long vers le bunker de droite depuis le tee shot ou s’installer vers celui de gauche qui est plus en retrait, mais avec un second coup un peu plus compliqué vers le green. TROU 2 (par 4, 435 mètres) : les bunkers sont le principal défi de ce trou, étant donné leur positionnement : un au milieu du fairway, deux sur la gauche dans une zone typique de réception de drive et un autre à 40 mètres du green, ainsi que celui juste devant.

Si le premier coup se passe bien, le second peut être un long fer pour essayer d’approcher le drapeau. TROU 3 (par 4, 414 mètres) : ici le dogleg est tout à gauche, où beaucoup essaieront sans doute de couper au-dessus du rough de droite. Les deux bunkers devant le green ne devraient pas être trop problématiques, qui a toutefois ses complications en raison des différentes pentes qui le régissent.

HOLE 4 (par 3, 172 mètres) : le registre change et le positionnement du drapeau devient un facteur clé, en plus des facteurs atmosphériques. Deux choix s’offrent à vous : défier les bunkers de droite ou jouer une approche plus sûre à gauche.

HOLE 5 (par 4, 344 mètres) : premier obstacle d’eau du parcours, placé à gauche du fairway. La trajectoire idéale est à droite, puis vous devez passer le bunker devant le green. Attention aux pentes qui peuvent créer des problèmes sur le green en fonction de la position du drapeau.

TROU 6 (par 4, 348 mètres) : il s’agit d’un trou essentiellement droit, avec beaucoup de place pour les birdies si vous ne touchez pas les deux bunkers placés devant et à droite du green. La longueur du premier coup est fondamentale.

Lire aussi:   Dries Mertens en crise : le Belge ne parvient pas à se mettre en route et rêve d'un come-back

TROU 7 (par 3, 203 mètres) : difficulté supérieure à celle du trou 4, avec le tee shot placé plus haut que le green. Tout change en fonction de l’emplacement du drapeau : s’il est court, un fer moyen suffit, si au contraire il se trouve plus vers la dernière partie du green, il faut le long pour éviter de devoir surmonter une pente insidieuse.

HOLE 8 (par 5, 480 mètres) : c’est le premier par 5 du parcours, avec une structure à interpréter. Il y a de l’eau sur la gauche, il y a un seul bunker devant le green, qui tend vers la droite. Vous pouvez essayer de surmonter l’eau après le coup de départ ou vous pouvez le contourner ; deux approches différentes, deux niveaux de risque différents.

HOLE 9 (par 5, 537 mètres) : vous passez à côté de l’obstacle d’eau mentionné ci-dessus, mais dès le coup de départ, ce qu’il faut éviter, c’est le bunker au milieu du fairway, le deuxième qui apparaît sur les sept situés ici. Presque tout le monde aura besoin de deux coups pour atteindre le green, entouré par l’élément sableux.

HOLE 10 (par 4, 414 mètres) : dogleg un peu à gauche, avec la possibilité d’atteindre le green relativement facilement avec le deuxième coup. Encore une fois, le drapeau est important, car en allant vers la droite, en plus du bunker, il y a une pente importante.

TROU 11 (par 4, 301 mètres) : ce trou est court, et en théorie il devrait être le point de départ de birdies faciles. Ce n’est pas le cas, dans le sens où il y a deux grands bunkers des deux côtés et, surtout, les pentes à l’extérieur et à l’intérieur du green (assez grand) suggèrent une certaine prudence.

Et faites attention au green, qui est à la fois rapide et traître. HOLE 12 (par 5, 499 mètres) : bunker-piège à volonté : après les quatre premiers au début du fairway, les trois endroits devant le green représentent des dangers de différentes natures.

Le green est assez petit et peut être atteint avec un deuxième coup qui part de la gauche, ou bien vous pouvez jouer pour arriver à approcher le troisième sans risquer de vous retrouver dans un bunker-piège. HOLE 13 (par 3, 137 mètres) : en fait, le seul souci est le green, qui présente de nombreuses pentes.

Lire aussi:   Graeme McDowell furieux contre l'OWGR : "Je me sens comme LIV Golf..."

Mieux vaut jouer au centre ou à droite, car à gauche on risque un bunker ou un arbre. Ici aussi il y a le potentiel pour de nombreux birdies. HOLE 14 (par 4, 465 mètres) : dans ce cas le dogleg va vers la droite, et le problème d’essayer d’aller à gauche pour couper le chemin est représenté par les nombreux arbres qui sont là.

Surmonter les difficultés du drive bien ici est fondamental : cela peut valoir un coup de moins, puisque le green n’est pas exactement le plus difficile que l’on puisse trouver. HOLE 15 (par 4, 438 mètres) : on commence avec un tee shot surélevé et on monte ensuite avec une tendance vers la gauche.

La trajectoire la moins recommandée est à droite car il y a un bunker qui peut tout gâcher. Il n’est pas facile d’atteindre le green car sur la droite il y a trois bunkers très bien placés. TROU 16 (par 4, 322 mètres) : c’est un trou court, mais avec l’eau à droite du green, il n’est pas recommandé d’aborder de ce côté.

Il y a deux interprétations : l’une qui s’arrête devant le petit ruisseau placé un peu avant le green, l’autre qui, par contre, compte sur le dépassement de cet obstacle particulier. TROU 17 (par 3, 188 mètres) : la difficulté est principalement liée aux pentes complexes que l’on trouve sur le green.

Il ne faut pas non plus oublier le bunker qui se trouve juste devant, ainsi que la rivière qui s’étend sur le côté gauche. Pour utiliser une paraphrase musicale, c’est une question de fer. TROU 18 (par 5, 570 mètres) : le trou le plus long arrive à son terme, pour ne rien laisser au hasard.

Divers bunkers à droite et à gauche, vous avez tendance à atteindre le green avec le troisième coup, mais vous pouvez aussi le tenter en deux. L’approche de la droite est recommandée, mais les pentes ici peuvent être très trompeuses.

Article précédentGadkari demande aux fonctionnaires de rechercher un système de charge uniforme pour les bus électriques
Article suivantAudi Q7 en images : découvrez le design, les caractéristiques, l’intérieur et bien plus encore en détail.