Accueil Sport Golf Onze joueurs du Challenge aux Masters

Onze joueurs du Challenge aux Masters

0

Le champ du tournoi des Masters de cette semaine au Augusta National Golf Club comprendra 11 anciens joueurs du Challenge Tour européen, dont trois champions de Majeur.

Challenge Tour et Masters

Koepka, qui a remporté quatre fois le Challenge Tour, a terminé deuxième à Augusta National en 2019, à un coup du quintuple champion des Masters Tiger Woods.

Rose a été vice-championne à deux reprises – en 2015 et 2017 – tandis qu’Oosthuizen est passé tout près de la victoire en 2012, mais a été battu au deuxième trou d’une prolongation en mort subite, alors que Bubba Watson remportait le premier de ses deux Masters.

Robert MacIntyre, lauréat du prix Sir Henry Cotton de la recrue de l’année 2019, a impressionné lors de sa première apparition au Masters en 2021, terminant à égalité au 12e rang. Il tentera de devenir le deuxième champion des Masters originaire d’Écosse après Sandy Lyle en 1988.

Les Anglais Matthew Fitzpatrick, Tyrrell Hatton et Tommy Fleetwood ont tous appris leur métier sur le Challenge Tour et ils tenteront de suivre les traces de Sir Nick Faldo et Danny Willett en devenant le troisième Anglais à revêtir la veste verte.

Les Sud-Africains Christiaan Bezuidenhout et Erik van Rooyen ont tous deux gagné sur le Challenge Tour. Bezuidenhout a triomphé lors du Dimension Data Pro-Am 2020, un événement co-sanctionné par le Challenge Tour et le Sunshine Tour, tandis que van Rooyen a remporté le Hainan Open en Chine.

Lire aussi:   Tyrrell Hatton n'est pas encore exempté de l'Open.

Le duo tentera de devenir le troisième Sud-Africain à s’imposer à Augusta National, après Gary Player, triple champion du Masters, et Charl Schwartzel, 11 fois vainqueur du DP World Tour, qui a triomphé en 2011. Le Sud-Africain Garrick Higgo et l’Italien Guido Migliozzi tenteront d’être performants sur l’une des plus grandes scènes du golf cette semaine, puisqu’ils font tous deux leurs débuts au Masters.

Il fait partie des sportifs les plus titrés de tous les temps, ainsi que des plus riches du monde. Quand il s’agit de premières, Tiger Woods est toujours présent : 15 majeurs remportés, 110 tournois professionnels, le golfeur le plus titré de l’histoire de ce sport.

Des statistiques qui expliquent pourquoi il a réussi à rester en tête du classement mondial pendant 683 semaines (dont 281 consécutives) et surtout parce qu’il est devenu en 2014 le premier sportif au monde à avoir franchi la barre du milliard de dollars.

Chiffre astronomique qui justifie aussi le fait que Tiger Woods puisse s’offrir un yacht comme le Privacy, un vrai bateau de conte de fées. Et évidemment, nous parlons de quelque chose qui a coûté très cher. Si vous imaginez un yacht de luxe et un certain confort à bord, alors le Privacy l’a.

Lire aussi:   David Nalbandian parle du come-back de Roger Federer

Long de 48 mètres, avec une superficie totale de 600 mètres carrés, ce yacht a été acheté par le golfeur en 2004. Équipé de cinq cabines pouvant accueillir un total de dix personnes, il dispose également de quatre quartiers pour neuf membres d’équipage.

Tiger Woods a l’habitude de l’appeler « mon dériveur », même si tout ressemble à un dériveur : avec une vitesse de croisière de 18 nœuds, il a aussi à son bord une salle de sport où le golfeur continue de s’entraîner. Woods préfère d’ailleurs rester sur ce yacht lors des tournois organisés à New York.

Avec ses intérieurs en bois de cerisier, Privacy dispose également d’un ascenseur pour trois personnes, d’un énorme jacuzzi, suffisamment grand pour accueillir huit personnes, et des inévitables salle de cinéma et coin bar. Le petit plus de ce méga yacht est fourni par la zone que Tiger Woods a voulu consacrer à la plongée sous-marine : ceci explique également la présence d’une chambre de décompression (gonflable) et d’une zone dédiée au remplissage des bouteilles d’oxygène.

Le luxe est également complété par trois jet-skis et deux scooters pour de courtes excursions à terre. Évidemment, tout cela a un prix : Le Privacy a coûté 17 millions d’euros et son entretien annuel s’élève à 1,7 million d’euros.

Article précédentJulio Velázquez lance le défi du retour d’Alavés à El Sadar
Article suivantLe Barça veut continuer à rêver à la Ciutat de Gràcia