Accueil Sport Golf Luke Donald : « Tiger Woods ? C’est un jeu d’équipe »

Luke Donald : « Tiger Woods ? C’est un jeu d’équipe »

0

Les courageux capitaines Luke Donald et Zach Johnson. Un an après la Ryder Cup de golf à Marco Simone, ils arrivent à Rome comme un script mais ils répondent sans script à deux cents journalistes du monde entier. A commencer par le numéro un européen qui avoue lors de la conférence de presse : « Les Américains ont une équipe incroyable, presque invincible.

Aujourd’hui, nous sommes les underdogs (les outsiders) mais mon travail est de donner de la confiance « .

Luke Donald, déclarations

Le concept est ensuite réaffirmé un peu plus tard en face à face, loin des caméras et des cahiers. « N’importe qui aujourd’hui dirait que nous sommes des outsiders de départ.

Les États-Unis sont constitués de nombreux joueurs de haut niveau. Regardez la moyenne des joueurs alignés à la Presidents Cup et vous comprendrez de quel niveau d’adversaires nous parlons. J’étais vraiment sérieux « . « La Ryder Cup contribuera-t-elle à changer la perception du golf en Italie ? Absolument oui.

La Ryder amène de nouvelles générations au golf, amène des joueurs et amène des fans. C’est un événement tellement exceptionnel qu’il sera ressenti partout. Il y aura des gens qui regarderont le golf à la télévision sans avoir jamais vu une compétition auparavant.

Lire aussi:   Championnat d'Evian, Minjee Lee défend son titre

En Italie et au-delà. J’ai aimé voir tous ces enfants à Marco Simone hier matin, si pleins et amateurs de sport. Un spectacle. Ryder fera bien pour l’Italie  » « Il y a un Tiger Woods en Europe ? Ecoutez, je vise douze joueurs forts.

Chacun d’entre eux doit avoir un talent particulier, chacun doit apporter quelque chose de lui à l’équipe d’Europe. C’est un jeu d’équipe. Francesco Molinari ? Il est entré dans l’histoire à Paris, gagner cinq points sur cinq n’était jamais arrivé auparavant. Et il revient »

Bien que son père soit écossais, Luke Donald est né à Hemel Hempstead, dans le Hertfordshire (il se dit donc à moitié écossais). Il a commencé à jouer avec son frère, qui est rapidement devenu son caddy. Il a immédiatement commencé à gagner ses premiers tournois dès l’âge de 15 ans.

Il a fréquenté la Royal Grammar School (High Wycombe) dans sa jeunesse. Il émigre rapidement en Amérique pour étudier au College Prospects of America, sous les ordres du golfeur Martin Laird. Il s’est rapidement fait un nom, à tel point que de grands collèges américains ont voulu l’intégrer à leur équipe en échange d’une bourse d’études.

Lire aussi:   Luca Toni n'est plus le roi italien de la Bundesliga, un insoupçonnable vient de le détrôner...

Il est également accepté à Stanford, mais ne peut y entrer en raison de problèmes non liés au golf. Il est alors « retombé » à l’Université Northwestern en l’an 1997, où il a étudié l’art, et où il est même entré dans une fraternité.

Sous les ordres de l’entraîneur Pat Goss, il remporte le titre de champion en simple de la division I de la NCAA en 1999, battant le record de Tiger Woods. Le 29 mai 2011, après la victoire de Virginia Waters au BMW Pga Championship (au dernier coup contre son compatriote Lee Westwood, qui était également en lice pour le record du monde ainsi que pour le Tournoi), il devient numéro 1 au classement mondial pour la première fois de sa carrière.

Article précédentEpson Tour Championship, dernier événement en 2022
Article suivantPouvez-vous trouver le pigeon dans cette ferme de vaches en 9 secondes ? Explication et solution à cette illusion d’optique.