Accueil Dernières minutes L'International Le Mexique est le cinquième pays en termes de nombre d’armes à...

Le Mexique est le cinquième pays en termes de nombre d’armes à feu non enregistrées en circulation.

0

Paris, 7 avr. (Cinktank.com) –

Le Mexique est le « cinquième pays au monde avec le plus d’armes à feu non enregistrées », a déclaré Alejandro Celorio, consultant juridique du ministère mexicain des affaires étrangères, lors du Conseil permanent de l’Organisation des États américains (OEA), mercredi.

Celorio a souligné que, selon les estimations du gouvernement mexicain, un demi-million d’armes sont transférées dans le pays chaque année à travers la frontière partagée avec les États-Unis, et que le Mexique est actuellement le cinquième pays ayant le plus d’armes à feu non enregistrées en circulation, avec une estimation de 13 millions de pièces, selon les études d’organisations civiles telles que Small Arms Survey.

« Le problème n’est pas seulement la quantité d’armes, mais les caractéristiques de ces armes et le fait qu’elles soient acquises de manière illicite. Un grand nombre de ces armes sont très puissantes et conçues pour un usage militaire, ce qui confère aux groupes criminels une grande puissance de feu », a souligné le consultant juridique du ministère mexicain des affaires étrangères, comme le rapporte « Milenio ».

Lire aussi:   La police équatorienne demande une enquête sur les comptes bancaires des officiers après les accusations américaines

Celorio a souligné que « les gouvernements ont la possibilité d’encourager le secteur privé à faire preuve de la diligence requise, du soin nécessaire, pour éviter que leurs produits ne causent des dommages et, dans le cas des armes, et en particulier des armes conçues pour un usage militaire, qu’ils ne tombent entre les mains de criminels ».

Celorio a fait valoir que le défi posé par le trafic d’armes n’est pas propre au Mexique, qui a lancé ces dernières années une croisade pour combattre ce crime, mais que d’autres pays de la région de l’OEA en souffrent également.

Pour sa part, Gastón Schulmeister, directeur du département du crime organisé de l’OEA, a rappelé les coûts sociaux élevés du trafic d’armes dans la région. « Le trafic illicite d’armes à feu est directement associé aux actions des organisations criminelles transnationales et lié à d’autres marchés illicites tels que le trafic de drogue, l’exploitation minière illégale, la traite des êtres humains, entre autres », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Loukachenko signe une loi qui criminalise la demande de sanctions contre la Biélorussie et ses citoyens
Article précédentJorge Vilda : « La demande concurrentielle contre le Brésil est maximale ».
Article suivantL’équipe nationale féminine cherche à peaufiner son dispositif et à développer sa base de supporters.