Accueil Dernières minutes L'International La Russie propose un dialogue aux États-Unis « professionnelle et non politisée » sur...

La Russie propose un dialogue aux États-Unis « professionnelle et non politisée » sur la sécurité informatique

0

Archive - Image de stock d'un hacker


Archive – Image de stock d’un hacker – TREND MICRO – Archives

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine.

Moscou rejette les accusations de Washington quant à son rôle dans les cyberattaques contre les infrastructures ukrainiennes.

Paris, 11 mai (Cinktank.com) –

Les autorités russes ont exprimé mercredi leur volonté d’entamer un dialogue avec l’Union européenne. « professionnelle et non politisée » avec les États-Unis sur les questions de cybersécurité, tout en rejetant les accusations de Washington concernant le rôle de Moscou dans les cyberattaques contre les infrastructures en Ukraine.

« La Russie est prête à mener un dialogue égal, professionnel et non politisé avec les États-Unis sur un large éventail de questions relatives à la sécurité de l’information. Nous gardons ouverts les canaux d’interaction pratique. Nos collègues sont conscients de cette »a déclaré l’ambassade de Russie à Washington dans un message sur son compte Facebook.

Lire aussi:   Au moins quatre morts dans une fusillade lors de funérailles à Ciudad Juárez

« Nous avons prêté attention aux affirmations du département d’État (américain) concernant le rôle présumé de la Russie dans les cyberattaques contre les infrastructures critiques en Ukraine. »a-t-il déclaré, avant de souligner que « Ces affirmations sont absurdes et très éloignées de la réalité de la situation. ».

Il a ainsi souligné que la Russie « n’a jamais été impliqué dans une cyber-agression ». « Cela contredit la position de principe de la Russie. Nous nous engageons à utiliser les technologies de l’information et de la communication uniquement au profit du développement de la communauté mondiale. »a-t-il fait valoir.

L’ambassade de Russie a souligné que Washington « ne veut pas admettre que les États-Unis sont l’une des principales sources de cybermenaces mondiales. » et a déclaré que « c’est à partir du territoire américain qu’un plus grand nombre d’attaques sont menées contre les infrastructures critiques d’autres pays, dont la Russie ».

« Au cours des six derniers mois, nos services compétents ont envoyé près de 500 notifications d’activités malveillantes provenant de la juridiction américaine. »a-t-il fait remarquer, avant de souligner que « avec le consentement tacite des États-Unis, le régime de Kiev s’emploie activement à créer la première « cyber-armée » du monde, avec quelque 300 000 « soldats », a-t-il déclaré. ».

Lire aussi:   L'Ukraine confirme l'ouverture d'un total de sept couloirs humanitaires

« Au lieu de chercher une menace imaginaire de la part de la Russie, Washington devrait contrôler ses protégés à Kiev, qui planifient et commettent ouvertement des sabotages informatiques contre la Russie. Il est tout à fait possible que les pirates ukrainiens ne se limitent pas aux provocations contre notre pays et tentent de tester la solidité des infrastructures des pays occidentaux. Ils effectueront des opérations sous un drapeau étranger »a-t-il conclu.

Article précédentAna Peláez : « Tout passe par la tête »
Article suivantL’Open des Dames de retour au Terramar Golf Club