Accueil Dernières minutes L'International La France rapporte la mort d’un militaire stationné au Mali lors d’une...

La France rapporte la mort d’un militaire stationné au Mali lors d’une attaque au mortier

0

Paris :, 23 janv. (Cinktank.com) –

Le gouvernement français a confirmé la mort d’un de ses soldats stationnés au Mali lors d’une attaque au mortier survenue la nuit dernière.

L’incident s’est produit sur une base militaire de l’opération Barkhane, lancée par la France contre des groupes djihadistes au Sahel, dans la région de Gao, dans le nord-est du pays africain.

L’Elysée a confirmé dans un communiqué que le défunt est le militaire Alexandre Martin, du 54e régiment d’artillerie de Hyères. La déclaration n’identifie pas les responsables de l’attaque.

Le président de la France, Emmanuel Macron, « salue respectueusement la mémoire de ce soldat, mort pour la France dans l’accomplissement de sa mission ». De même, le président « partage la douleur de sa famille, de ses proches et de ses frères d’armes », et salue « le courage des militaires engagés au Sahel ».

Le Mali, comme d’autres pays du Sahel, enregistre ces dernières années un nombre croissant d’attaques djihadistes menées à la fois par la filiale d’Al-Qaïda dans la région et l’État islamique, ce qui a également accru la violence intercommunautaire et provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes.

Lire aussi:   Israël propose d'aider à réparer le mémorial de l'Holocauste de Kiev endommagé lors d'une frappe russe

Cependant, dans le cas du Mali, le coup d’État de mai de l’année dernière s’est ajouté à l’équation, ce qui a mis en évidence les luttes internes qui persistent encore depuis un autre coup d’État récent, celui d’août 2020, qui a abouti au renversement du alors président, feu Ibrahim Boubacar Keita.

Le président actuel est Assimi Goita, chef de la junte militaire créée après le premier coup d’État.

Article précédentL’Atleti renaît avec courage et cœur
Article suivantUn Britannique emprisonné en Iran entame une grève de la faim pour protester contre son emprisonnement en tant qu' »otage ».