Accueil Dernières minutes L'International La France annonce la mort d’un haut responsable d’Al-Qaïda lors d’une opération...

La France annonce la mort d’un haut responsable d’Al-Qaïda lors d’une opération au Mali

0

Il affirme qu’il s’agit du djihadiste algérien Yahia Yuadi, un « haut poste historique » d’AQMI

Paris :, le 8 mars. (Cinktank.com) –

L’armée française a annoncé la mort d’un haut responsable d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dans le cadre d’une opération menée au Mali par l’opération « Barkhane » fin février, en pleine procédure de retrait du pays africain.

L’état-major de l’armée française a déclaré dans un communiqué que « dans la nuit du 25 au 26 février, la force ‘Barkhane’ a mené une opération contre un haut gradé historique d’AQMI à environ 100 kilomètres au nord de Tombouctou ».

« Cette opération a conduit à la neutralisation du djihadiste algérien Yahia Yuadi, alias ‘Abú Amar al Yazairi' », a-t-il souligné, avant d’ajouter qu' »après avoir été localisé dans une zone connue comme refuge pour les groupes d’AQMI et le Groupe de soutien à l’Islam et le musulmans (JNIM) et identifié par la suite, a été neutralisé lors d’une intervention sur le terrain ».

Ainsi, a-t-il précisé que les forces au sol « disposaient du soutien d’un hélicoptère de reconnaissance et d’attaque Tigre et de deux drones français ». « Après reconnaissance dans la zone, des munitions ont été détruites et des armes ont été saisies », a-t-il souligné.

L’armée française a souligné que « sur le plan militaire, cette neutralisation soutient la stratégie militaire lancée par la force ‘Barkhane' », avant de souligner que les opérations « se poursuivent » malgré le début du retrait des forces internationales.

Lire aussi:   L'UE sanctionnera les banques, les commandants militaires et les députés pour la reconnaissance de Donetsk et Lougansk

« La neutralisation de ce membre historique permet une fois de plus de nuire à la gouvernance d’Al-Qaïda et prive le JNIM d’un grand soutien dans le nord du Mali et la région de Tombouctou en particulier », a-t-il soutenu dans sa déclaration, publiée via son compte Twitter. réseau social.

Yuadi a rejoint le Groupe islamique armé algérien (GIA) en 1994 puis le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), germe d’AQMI. Il a également été conseiller du leader historique du groupe, Abdelmalek Drukdal, décédé en juin 2020 aux mains de la France.

Par la suite, il a été nommé « émir » de la région sud d’AQMI en 2007 et « émir » d’AQMI en Libye en 2015. Face à la pression militaire contre le groupe, il s’est installé au Mali en 2019, où il a soutenu les efforts de commandement et d’approvisionnement d’AQMI, actuellement intégré au JNIM.

Pour cette raison, l’armée française a souligné qu’elle représente l’élimination « d’un acteur historique de l’expansion d’Al-Qaïda et du terrorisme djihadiste en Afrique de l’Ouest » et que « sa neutralisation est un nouveau succès tactique significatif pour ‘Barkhane' » .

Lire aussi:   Le Royaume-Uni signale pour la première fois plus de 200 000 nouveaux cas de COVID-19

Les gouvernements de la France et du reste des pays européens et du Canada qui participent et collaborent à l’opération « Barkhane » et à la Force Takuba ont annoncé le 17 février le retrait de leurs forces du Mali, où elles étaient déployées pour aider Bamako dans la lutte contre le djihadisme, face aux tensions avec la junte militaire dans le pays africain.

Après cela, le président de la France, Emmanuel Macron, a assuré que le processus de retrait des troupes françaises du Mali prendra « entre quatre et six mois », avant de révéler que les militaires européens présents au Mali seront « repositionnés » au Niger, « en la région frontalière avec le Mali », suite à un accord avec Niamey.

Les tensions sont montées ces derniers mois en raison de l’annonce par la junte militaire, dirigée par Assimi Goita, d’allonger le processus de transition entre quatre et cinq ans et de reporter les élections prévues en mars, sur fond de conflits d’accusations entre Paris et Bamako. sur les efforts anti-terroristes.

Article précédentModric : « Si nous sortons avec de la personnalité, nous avons de bonnes chances de passer ».
Article suivantLes talibans félicitent les femmes afghanes à l’occasion de la Journée internationale de la femme