Accueil Dernières minutes L'International La Fédération internationale de natation oppose son veto aux nageurs transgenres dans...

La Fédération internationale de natation oppose son veto aux nageurs transgenres dans la catégorie féminine

0

Paris, 19 juin (Cinktank.com) –

La Fédération internationale de natation a décidé de ne pas admettre les athlètes transgenres qui ont franchi l’une des étapes de la puberté masculine dans les compétitions féminines d’élite.

Ainsi, seuls les nageurs transgenres ayant effectué cette transition avant l’âge de douze ans pourront concourir, tandis que les autres pourront concourir dans une nouvelle catégorie ouverte aux athlètes dont l’identité de genre est différente de leur sexe assigné à la naissance.

Cette nouvelle politique a été approuvée par 71 % des 152 membres de la Fédération et n’est « que le premier pas vers la pleine intégration » des athlètes transgenres.

Le vote a eu lieu lors du congrès général extraordinaire de la fédération, qui s’est tenu en même temps que les Championnats du monde de natation à Budapest, en Hongrie, et est l’œuvre d’une commission composée de représentants du monde de la médecine, du droit et du sport.

« La position de la fédération est complète, fondée sur la science et inclusive et, surtout, elle met l’accent sur la justice compétitive », a déclaré le directeur général de la Fédération internationale de natation, Brent Nowicki, cité par la BBC.

Lire aussi:   Les États-Unis affirment que l'attaque de l'aéroport de Kaboul était moins "complexe" qu'on ne le pensait au départ.

Les travailleurs du cuivre chiliens annoncent une grève nationale après la fermeture d’une fonderie suite à un empoisonnement.

Ces changements sont également une réponse à l’entrée en lice de la nageuse américaine Lia Thomas, qui est devenue en mars la première femme transgenre connue à remporter une compétition nationale féminine aux États-Unis.

Thomas a concouru pendant trois ans avec l’équipe masculine de Pennsylvanie. Au printemps 2019, elle a commencé un traitement hormonal dans le cadre de sa transition et a depuis réalisé des records avec son équipe universitaire.

Plus de 300 universités, des nageurs olympiques et l’équipe de natation américaine ont signé une lettre ouverte de soutien à Thomas et aux nageurs non binaires, mais d’autres athlètes et organisations ont remis en question sa participation aux compétitions.

Jeudi dernier, la Fédération internationale de cyclisme a annoncé qu’elle doublait le temps de moratoire d’une transition de genre pour pouvoir participer aux courses féminines.

Article précédentLes travailleurs d’Apple approuvent leur premier syndicat aux États-Unis
Article suivantRory McIlroy : J’ai essayé de jouer pour me frayer un chemin dans le groupe final.