Accueil Dernières minutes L'International Kinzinger confirme que plusieurs républicains ont demandé la grâce de Trump après...

Kinzinger confirme que plusieurs républicains ont demandé la grâce de Trump après avoir échoué à renverser l’élection.

0

Paris, 13 juin (Cinktank.com) –

Adam Kinzinger, l’un des deux républicains membres de la commission spéciale de la Chambre des représentants chargée d’enquêter sur l’attaque du Capitole, a confirmé l’existence de preuves selon lesquelles plusieurs membres du Congrès et de son parti ont sollicité la grâce présidentielle après s’être ingérés pour renverser les résultats de l’élection remportée par l’actuel président, Joe Biden.

« Nous n’allons pas porter des accusations ou dire des choses sans preuves à l’appui », a déclaré M. Kinzinger dans une interview accordée à la chaîne CBS, en réponse à une question sur les affirmations de sa collègue de parti et vice-présidente de la commission, Liz Cheney, concernant les tentatives des républicains d’éviter les conséquences juridiques de leurs actions durant ces jours agités pour la démocratie américaine.

Comme Cheney ne l’a pas fait la semaine dernière, Kinzinger a également évité de donner un nombre exact de ces collègues du parti qui ont demandé une grâce au chef de la Maison Blanche de l’époque, Donald Trump, mais il s’est interrogé sur les raisons pour lesquelles ils ont exigé cet avantage présidentiel.

« Pourquoi demander une grâce ? Si quelqu’un le demande, c’est parce qu’il craint vraiment d’avoir fait quelque chose d’illégal », a déclaré M. Kinzinger, qui a précisé que la deuxième audition publique de la commission prévue mercredi portera sur les tentatives de l’administration précédente de révoquer les résultats de ces élections en faisant appel au ministère de la Justice.

« Le président a absolument essayé de renverser la volonté du peuple, et il a essayé de le faire initialement par le biais de fausses informations, par le biais du ministère de la Justice, en faisant pression sur le vice-président, puis le 6 janvier », a déclaré le représentant de l’Illinois.

Lire aussi:   L'Ukraine n'a pas enregistré de "changements drastiques" à la frontière ces derniers jours

Ainsi, il regrette que l’entourage le plus proche de Trump, sachant qu’il n’y a pas eu de fraude électorale, n’ait pas fait assez pour arrêter ses tentatives de torpiller ces élections. « Il le savait, mais il ne voulait pas perdre », a-t-il dit.

« Des gens en qui il avait confiance, des gens qu’il respectait, des gens autour de lui, lui ont répété à plusieurs reprises que l’élection n’était pas truquée, qu’il n’y avait aucune preuve pour soutenir une quelconque forme de vol. Je pense qu’il est assez évident qu’il le savait, mais il ne voulait pas perdre », a-t-il déclaré.


La tension monte en Libye après de nouveaux affrontements armés entre factions rivales à Tripoli

En ce sens, Kinzinger a avancé que dans le cas d’une hypothétique victoire de l’ex-président Trump aux prochaines élections, il a « zéro doute » qu’il essaiera de placer ses alliés dans tous les bureaux du gouvernement fédéral, jetant ainsi « le serment aux États-Unis ».

Lire aussi:   Le conseiller à la sécurité nationale du Pakistan arrive en Afghanistan pour évaluer les relations bilatérales

« Si nous avons des gens au pouvoir, que ce soit dans la politique, les forces de l’ordre ou l’armée (…) qui ne sont pas prêts à mettre leur serment au-dessus de la loyauté envers une personne, aucune loi ne compte », a-t-il déclaré.

La première audition publique de la commission spéciale chargée de déterminer les responsabilités pour ce qui s’est passé autour du Capitole le 5 janvier s’est tenue jeudi. M. Cheney a mentionné que de « multiples » membres du Congrès ont demandé la grâce présidentielle après avoir tenté en vain de renverser les résultats de l’élection, notamment Scott Perry, représentant de la Pennsylvanie.

Selon l’enquête, M. Perry, qui a qualifié ces allégations de « mensonge absolu, éhonté et sans cœur », aurait été l’un des principaux alliés de M. Trump qui a rendu possible la nomination au poste de procureur général de Jeffrey Clark, qui, pendant son mandat par intérim, était chargé de propager les théories du complot de l’ancien président Trump.

Article précédentLa nouvelle Maruti Suzuki Brezza aperçue lors d’un tournage publicitaire, voici à quoi elle ressemble.
Article suivantFrance – Croatie : pronostic, avant-match et compo