Accueil Sport Golf Greg Norman exclu des célébrations

Greg Norman exclu des célébrations

0

Le Royal & Ancient, organisateur du British Open à Saint Andrews (Ecosse), a indiqué dans un communiqué qu’il n’invitera pas Greg Norman, la face visible du circuit LIV Invitational (Super League) financé par de l’argent saoudien, afin qu’il ne dénature pas la ‘Celebration of Champions’ ce lundi au Old Course.

L’Open, Greg Norman

L’Australien a remporté deux fois le British, en 1986 à Turnberry et en 1993 au Royal St. George’s, les seuls Grands Chelems que le « requin blanc » a à son actif. « Nous pouvons confirmer que nous avons contacté Greg Norman pour lui faire savoir que nous avons décidé de ne pas l’inviter à cette occasion.

Le 150e Open est une étape extrêmement importante pour le golf et nous voulons nous assurer que l’accent reste mis sur l’accueil du championnat et son héritage », explique l’organisation du plus ancien tournoi de golf du monde.

« Malheureusement, nous ne pensons pas que ce serait le cas si Greg était présent. Nous espérons que lorsque les circonstances le permettront, Greg sera à nouveau présent à l’avenir. » Gregory John Norman, alias Greg (Mount Isa, 10 février 1955), est un golfeur et entrepreneur australien surnommé The White Shark ou simplement The Shark. [1].

Lire aussi:   Alexander Zverev également contre Wimbledon : Cela n'a pas de sens

Il s’est avéré être l’un des golfeurs les plus aimés du public, tant pour son style de jeu agressif particulier que pour ses attitudes charismatiques et le même look inspiré d’un anticonformisme transgressif voilé. [2] Il est considéré comme l’un des golfeurs les plus accomplis des années 1980 et 1990, même s’il n’a pas atteint toutes les étapes qui semblaient à sa portée.

Animé par une passion pour le golf depuis son adolescence, il commence à obtenir des résultats significatifs sur le plan international dès la seconde moitié des années 70. Meilleur joueur du monde de 1986 à 1997, il a remporté trois fois le tournoi World Matchplay (1980, 1983, 1986), les Masters d’Australie (1980, 1983, 1984) et deux fois les Masters de Grande-Bretagne (1981 et 1982).

En 1993, il remporte le British Open avec un record de 267 coups sur les quatre jours de compétition. En 1994, il remporte le championnat professionnel américain dans lequel il établit également un record de 264 coups, limite toujours invaincue.

Lire aussi:   Jack Sock et John Isner peuvent affronter Nick Kyrgios et Thanasi Kokkinakis.

A trois reprises, il a été le meilleur de la saison en termes de récompenses sur le PGA Tour. A ses qualités techniques et physiques, Norman n’a cependant pas su allier une continuité d’action et de concentration suffisante dans les tournois majeurs, à tel point qu’il connaît plusieurs secondes places au cours de sa carrière au cours de laquelle il a remporté 91 titres (jusqu’en octobre 2001), dont seulement deux du Grand Chelem : les championnats Open de 1986 et 1993.

[3] Il a longtemps occupé la première place du classement mondial des meilleurs golfeurs. Malgré quelques baisses de régime dues à la fatigue physique et mentale de sa longue carrière, Norman est pratiquement toujours resté parmi les cinq meilleurs golfeurs du monde. En 2001, il a été intronisé au World Golf Hall of Fame.

Article précédentCaddie anonyme : Il n’y a pas un caddie qui n’irait pas cadencer pour LIV.
Article suivantChampionnat de Barbasol, danger de foudre