Accueil Dernières minutes Sport Goran Ivanisevic : Novak est prêt. Rafa est prêt, donc nous verrons.

Goran Ivanisevic : Novak est prêt. Rafa est prêt, donc nous verrons.

0

De nos jours, les jalons restent rarement fixes pendant une longue période, que ce soit Novak Djokovic ou Rafael Nadal. Si Goran Ivanisevic ne cesse d’être émerveillé par chaque exploit, il a appris à être moins surpris avec le temps.

Mardi soir, les deux équipes se rencontreront pour la 59e fois sur le court Philippe-Chatrier, sous les lumières pour la deuxième année consécutive. Ils ne se sont pas rencontrés depuis que Djokovic a pris les honneurs de cette demi-finale mémorable, en route vers son 19e trophée du Grand Chelem, il y a 12 mois.

« C’est un rêve pour les spectateurs, pas vraiment pour les entraîneurs », a déclaré Ivanisevic. « Ça va être génial. Disons que c’est le meilleur quart de finale de Roland-Garros, pour moi : un match de nuit, les deux sont prêts, les deux sont en forme et on verra ce qui se passe.

« Ils ont joué 58 fois, donc ils se connaissent. Ils ont joué ici tellement de fois qu’ils savent ce que chacun apporte. Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de secrets entre ces deux gars. « À la fin, quand ils entrent sur le terrain, je suis juste l’un des spectateurs présents demain qui soutient et applaudit. »

Lire aussi:   Phil Mickelson et Callaway mettent fin à leur collaboration

Ivanisevic a repris les fonctions d’entraîneur du Serbe après que le co-entraîneur Marian Vajda ait confirmé son départ de l’équipe le mois dernier. Après que Djokovic ait fait un retour timide sur le circuit à Dubaï, avant de se battre contre une maladie.

En manque de confiance et de matches, il a connu un début de parcours peu glorieux sur la terre battue avec une élimination précoce à Monte-Carlo et quatre difficultés consécutives en trois sets à Belgrade, dont une défaite finale contre Andrey Rublev.

C’est quand même un pas dans la bonne direction. Il a ensuite atteint une demi-finale à Madrid avant de remporter un sixième titre à Rome. « Ce n’était pas facile. Après Monte Carlo, beaucoup de choses se sont passées. Les gens comme lui, ces grandes personnes, ont des cerveaux différents », a déclaré Ivanisevic.

« Ce n’était pas facile, je dois le dire, et j’espère que les choses iront mieux après Monte-Carlo. « Belgrade était mieux et Madrid était encore mieux. Rome était parfait et il était important pour lui de venir ici en tant que numéro 1 mondial, tête de série numéro 1.

Lire aussi:   Dominic Thiem fera ses débuts à Kitzbühel contre Richard Gasquet

« Jusqu’à présent, il joue bien, il frappe bien la balle. Il est prêt. Rafa est prêt, donc on verra » Alors que les deux hommes ont terminé la saison à égalité avec le record de Roger Federer (20 titres majeurs), Nadal a placé la barre encore plus haut en s’imposant contre toute attente à Melbourne Park en janvier.

Cela n’a fait qu’alimenter la motivation de Djokovic, cette volonté de s’emparer de la propriété exclusive d’un compte autrefois insondable, aussi élevé qu’il l’était. « Il est prêt pour le meilleur des 10, s’ils devaient jouer 10 sets demain », plaisante Ivanisevic.

Le bilan entre Djokovic et son adversaire le plus coriace est de 30-28 en faveur du Serbe. La rivalité la plus prolifique de l’ère ouverte va ajouter un nouveau chapitre avec une place en demi-finale en jeu.

« Ils se poussent les uns les autres. Ces deux-là sont incroyables », a déclaré Ivanisevic. « Je parle surtout de Novak. Il prend soin de son corps, son corps est incroyable. » Il y avait un avertissement selon lequel d’autres étapes ne seraient probablement pas sûres à long terme. « Il peut encore jouer quelques années au plus haut niveau », conclut-il.

Article précédentNovak Djokovic aime ses chances contre Rafael Nadal
Article suivantAndy Murray ouvre sa saison sur gazon par une victoire à Surbiton