Accueil Dernières minutes Des ex-employés poursuivent Google pour violation de la clause « Don’t Be Evil »...

Des ex-employés poursuivent Google pour violation de la clause « Don’t Be Evil » (ne pas être méchant)

0

EMountain View, Californie, la société Google est poursuivie en justice. Cette fois, par trois de ses anciens employés, qui affirment que leur traitement va à l’encontre de la clause « Don’t be evil » (ne soyez pas méchant) figurant dans le code de conduite des employés de l’entreprise. La devise autrefois célèbre de Google, « Don’t be evil », est toujours présente en ces termes dans une clause du contrat que les employés doivent signer. Les employés affirment qu’ils ont été licenciés pour avoir exercé la clause « Don’t be evil » de Google en dénonçant les agissements « maléfiques » de Google lui-même.

Selon Rebecca Rivers, Paul Duke et Sophie Waldman ont été licenciés de Google à quelques minutes d’intervalle le 25 novembre 2019. Google affirme que ces employés ont laissé fuir des informations et qu’ils avaient utilisé des « recherches systématiques » d’informations « en dehors du cadre de leur travail. » Cependant, les trois ingénieurs nient avoir divulgué des informations et affirment que la véritable raison est leur protestation contre l’agence des douanes et de la protection des frontières (CBP).

Lire aussi:   Les cas de subvariants furtifs d'Omicron augmentent en Chine, voici les symptômes.

À l’époque, la CBP mettait en cage les migrants et séparait les parents des enfants, mais Google avait décidé de vendre des logiciels en nuage à l’agence. Les trois ingénieurs logiciels ont fait circuler une pétition à l’échelle de l’entreprise demandant à Google de ne pas travailler avec le CBP ou les agences d’immigration et d’application des douanes.

Ils affirment que la pétition était conforme au code de conduite de Google, qui encourage les employés à s’exprimer s’ils pensent que quelque chose ne va pas. Rivers, Duke et Waldman ont déjà engagé une action en justice devant le National Labour Relations Board, selon laquelle Google les aurait illégalement licenciés pour s’être livrés à des activités d’organisation du travail. Jusqu’à présent, Google n’a rien dit au sujet de ce nouveau procès.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les nouvelles de dernière minute et les nouvelles sur le coronavirus ici.

Article précédentInfinix Note 11, Note 11S en photos : jetez un coup d’œil à la dernière offre économique axée sur les performances.
Article suivantTrump se félicite du licenciement de Chris Cuomo comme animateur de CNN